Avis Kazidomi : ce que je pense de l’abonnement

avis kazidomizero déchet

Si vous surfez sur les réseaux sociaux et notamment Instagram, vous avez déjà dû entendre parler de Kazidomi. Après deux ans de souscription, je vous donne mon avis sur Kazidomi.

Qu’est-ce que Kazidomi ?

Kazidomi est un site internet de vente en ligne de produits biologiques. L’entreprise vend à la fois de l’alimentaire, du textile et des produits pour la maison (vaisselles, accessoires, entretien). L’objectif du site est de rendre les produits bio accessibles aux plus grands nombre. Pour cela, Kazidomi réduit les intermédiaires afin de proposer un prix plus bas.

L’entreprise propose des garanties sur les produits de son e-shop. Les références sont certifiées bio. Vous trouverez également des gammes sans gluten, sans sucre raffiné ajouté, cruelty free. Kazidomi s’assure de la qualité de ses sources. Kazidomi fait la guerre aux ingrédient artificiels, graisses hydrogénées, ingrédients chimiques, colorants artificiels.

L’entreprise est basée en Belgique.

Abonnement Kazidomi

Tout le monde peut utiliser le site et commander en ligne. Si vous avez envie de profiter de tarifs plus avantageux, l’entreprise vous propose une formule d’abonnement. Le principe de l’abonnement est de faire économiser sur ses achats. Kazidomi garantie des :

  • Des réductions jusqu’à 50% sur tout le catalogue du site,
  • Un catalogue de plus de 3500 produits,
  • Des promotions exclusives (en fonction des moments de l’année, des marques, etc.).

Les abonnements vous engagent pour 12 mois. Deux options s’offrent ensuite à vous : un paiement mensuel à 10€/mois (abonnement annuel à 120€) ou un paiement en une seule fois à 80€ l’année.

avis kazidomi

Avis Kazidomi

J’entame ma troisième année en tant qu’abonnée chez Kazidomi et c’est un service que j’apprécie beaucoup et ce pour plusieurs raisons.

  1. Un gain de temps : parfois, je manque de temps pour réaliser mon fond de placard (épicerie, condiments, etc.). Je passe en générale une commande par mois avec mes essentiels que ça soit alimentaire ou entretien.
  2. Découvrir des nouveaux produits : j’ai pu goûter des produits auxquels je n’aurais pas pensé en allant faire mes courses ou bien tout simplement trouver des références que je n’ai pas forcément dans les magasins bio à côté de chez moi. Par exemple, le lait d’amande Barista Rude Health fait parti de mes incontournables pour mes latte. Tout ce qui est snacking est aussi super pratique.
  3. Des économies sur le bio : vous me direz qu’il existe bien le bio des supermarchés – effectivement, cela dépanne mais les circuits ne sont pas les mêmes, généralement, il s’agit de plus grosses chaînes de production avec de nombreux intermédiaires. Du coup, avec Kazidomi, j’achète un bio d’une qualité supérieure avec un tarif avantageux.

Depuis que je suis abonnée, l’entreprise a fait des progrès – notamment au niveau de l’emballage. Au début, tout était dans du papier bulle. Aujourd’hui, le plastique est fortement limité et les produits fragiles sont emballés dans du carton spécial.

Les livraisons sont rapides. En général, cela prend un semaine. Les produits arrivent en bon état. Et si, par hasard, vous avez un produit qui a mal supporté le transport, Kazidomi soigne sa relation client. Cela m’est arrivé à deux reprises et le service vous crédite le montant du produit abimé sur votre compte (à déduire sur votre prochaine commande).

Même si je tente de limiter de plus en plus mes déchets, Kazidomi offre des emballages pour la grande majorité recyclables et/ou compostables – du coup, je culpabilise un peu moins !

Si vous souhaitez adhérer au service, vous pouvez utiliser mon lien de parrainage. Ce code parrainage Kazidomi vous permettra d’obtenir un bon de 20€ à valoir sur le site.

Autres articles green life :

Suivre:

Maquillage des yeux verts : comment les mettre en valeur ?

Maquillage des yeux vertsMaquillage des yeux vertsmaquillage brune

Aujourd’hui, nous allons parler maquillage et plus particulièrement maquillage des yeux verts. En effet, lorsque nous avons les yeux clairs, nous avons la possibilité de faire ressortir plus ou moins certaines couleurs comme le bleu, le vert ou le gris. Personnellement, au naturel, j’ai davantage les yeux gris mais en fonction des fards à paupières que je choisis, mes yeux vont prendre une couleur plus bleue ou verte – en fonction de mes envies. Je vous partage ici mes conseils et surtout un petit tutorial maquillage pour vous inspirer !

Maquillage des yeux verts : comment les mettre en valeur ?

Le maquillage, c’est un jeu de couleurs. Alors, comme pour la peinture, nous devons jouer sur les complémentaires via le système des couleurs primaires pour faire davantage ressortir une couleur. Par exemple, si vous souhaitez que le vert (bleu + jaune) soit plus tranché, choisissez des tons qui s’approchent des rouges.

Si nous transcrivons cette logique au maquillage, pour faire ressortir les yeux verts, il est possible d’utiliser des fards à paupières aux des teintes et sous-teintes chaudes :

  • rouge,
  • cuivre,
  • pourpre,
  • violet,
  • brun,
  • etc.

En parallèle, ce qui fait ressortir aussi les yeux verts est le « ton sur ton », c’est-à-dire appliquer un fard à paupière vert. Le vert se décline sous de nombreuses teintes dans l’univers du maquillage : du vert froid (turquoise, vert émeraude) au vert chaud (kaki). Ces couleurs viendront créer une profondeur et un reflet très intéressant au niveau du regard.

Maquillage des yeux vertsMaquillage des yeux verts

Maquillage kaki yeux verts

Pour ce tutorial, j’ai réalisé un maquillage qui oscille entre le kaki et l’émeraude. Afin de proposer une base « chaude » à mon regard afin de faire ressortir le vert de mes yeux, j’ai utilisé sur les 2/3 externe de mon regard un fard à paupière kaki. Afin de rehausser l’intensité du vert, j’ai ajouter un peu de couleur plus émeraude. Le mélange est vraiment idéal pour ma carnation. Ensuite, afin d’amener de la lumière et de trancher un peu plus, j’ai appliqué sur le tiers interne une couleur plus cuivrée.

Pour cercler le regard, j’aime surligner ma ligne de cils avec un peu de khôl noir que je viens estomper. Cela permet également d’apporter un côté smokey/rock que j’aime beaucoup.

Avec  ce type de maquillage un peu soutenu, je préfère avoir un teint assez pur et neutre – sans blush. Je favorise plutôt le jeu d’ombre avec de la poudre bronzante.

Pour les lèvres, j’ai opté pour un rose un peu « muet » donc moins électrique que mes habituelles framboises écrasés.

URBAN DECAY _ Naked Skin Correcteur

ESTEE LAUDER – Poudre compact (Shell)

BOHO – Terra cotta (Terre de Sienne)

NUDE BY NATURE – Stick enlumineur (Bronze)

CHADO – Crayon sourcils

NUDE BY NATURE – Mascara sourcils précision (Brown)

ZAO MAKE UP – Palette Clin d’oeil n°2

THE BODY SHOP – Palette Paint in Colour

STUDIO MAKE UP – Crayon yeux (noir)

MODEL CO – Crayon Liner Gold

AVRIL BEAUTE – Le Mascara

CHARLOTTE TILBURY – Lip Cheat (Pillow Talk)

BOURJOIS – Red Velvet (Frambourgeoise)

Autres articles maquillage :

carré wavy

Suivre:

Visiter Marseille : les incontournables

summer lovevisiter marseillevisiter marseille

Après le Pays-Basque et la Provence, je termine pour périple estivale avec Marseille. En effet, c’est à cet endroit que mes vacances se sont terminées. D’ailleurs, vous avez sans doute vu que cet été, Marseille a été une des destinations les plus prisées. Beaucoup d’entre nous nous sommes retrouvées sur la côté à vouloir profiter du soleil, de la plage et d’un peu de dolce vita après les mois que nous avons passé. Alors, que faire lorsque nous allons visiter Marseille ? Quels sont les lieux incontournables ? Voici ma sélection.

Aller à Marseille

Pour se rendre à Marseille, rien de plus simple. Le train est direct de Paris Gare Lyon – que ça soit via un OUIGO ou un TGV classique. Cela mettra 3h30 environ. Pour la période actuelle, les logements ont vite été pris d’assaut. Néanmoins, vous pouvez trouver facilement des hébergements* si vous vous y prenez un peu à l’avance – et même dans les coins les plus paradisiaques de la côté (Calanques, etc.).

Personnellement, j’avais la chance d’être hébergée chez une amie pas très loin de Baille – à quelques pas de Castellane.

Visiter Marseille : les incontournables

Visiter Marseille est une aventure car la ville est effectivement très étendue. D’un arrondissement à l’autre, l’ambiance est très différente. Aller à Marseille, c’est se faire bousculer par de la multiculturalité.

  1. La gare de Marseille Saint Charles
  2. Le Vieux Port – 1er arrondissement
  3. Le Panier et le quartier de l’Hôtel de Ville – 2e arrondissement
  4. Le Cours Julien – 6ème arrondissement
  5. La Basilique Notre Dame de la Garde – 6ème arrondissement
  6. La Plage des Catalans – 7ème arrondissement
  7. La Porte d’Orient – 7ème arrondissement
  8. Le Vallon des Auffes – 7ème arrondissement

La gare de Marseille Saint Charles

Si vous arrivez à la gare de Marseille Saint Charles, je vous invite à prendre l’ambiance du haut de ce fameux escalier qui vous amène en quelques minutes sur la Canebière. De la gare, vous aurez aussi un aperçu de la Basilique Notre Dame de la Garde.

Le Vieux Port – 1er arrondissement

Descendez la Canebière et vous arriverez sur le Vieux Port. Profitez de la vue sur le Port, les pêcheurs qui vendent à la Criée, les cafés qui profitent d’une vue imprenable…

visiter marseille

Le Panier et le quartier de l’Hôtel de Ville – 2e arrondissement

Du Vieux-Port, remontez le quai du Port jusqu’au Fort Saint Jean. Vous pourrez à la fois bifurquer vers les rues pittoresques du Panier (à voir : le Centre de la Veille Charité) et explorer le quartier du côté MUCEM où vous pourrez voir s’ériger la célèbre Cathédrale de la Major.

visiter marseillepanier marseille

Le Cours Julien – 6ème arrondissement

Le Cours Julien est le quartier animé des bars et des concerts – c’est un peu le QG des étudiants et jeunes actifs. Ce quartier est surprenant par ses graphitis et ses rues colorées. A voir absolument.

visiter marseillecours julien marseille

La Basilique Notre Dame de la Garde – 6ème arrondissement

Notre-Dame-de-la-Garde souvent surnommée « La Bonne Mère » est une basilique du  19ème sicècle de l’Église catholique. Emblème de Marseille, dédiée à Notre-Dame de la Garde (protectrice de Marseille avec Saint Victor), elle domine la ville et la mer Méditerranée depuis le sommet de la colline Notre-Dame-de-la-Garde (site classé depuis 1917).

Une bonne montée vous attend pour accéder à ce site !

La Plage des Catalans – 7ème arrondissement

La Plage des Catalans est la plage la plus centrale de la ville de Marseille – plage de petite taille très vite prise d’assaut quand les beaux jours arrivent. Beaucoup d’amis marseillais n’aiment pas y aller et préfèrent aller dans les Calanques. Néanmoins, c’est un endroit incontournable de Marseille et nous avons pu y passer un petit moment et nous avons beaucoup apprécié – surtout le restaurant Les Akolytes où nous avons déjeuné !

plage des catalans

La Porte d’Orient – 7ème arrondissement

Sur la célèbre corniche Kennedy, s’érige un monument face à la mer. Il s’agit du monument aux morts de l’Armée d’Orient et des terres lointaines, ou Porte d’Orient, dédié donc aux morts de l’armée d’Orient et des terres lointaines de la Première Guerre mondiale.

Ce monument fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le .

porte d'orient marseille

Le Vallon des Auffes – 7ème arrondissement

Un lieu à voir absolument !

Le vallon des Auffes est un petit port de pêche pittoresque traditionnel sur la corniche Kennedy, du quartier d’Endoume, dans le 7ᵉ arrondissement de Marseille. Il se situe à 2 km au sud-ouest du Vieux-Port, entre la plage des Catalans et l’anse de Malmousque. Ce petit port-vallon-anse abrite de part et d’autre du pont, une cinquantaine de petites maisons de pêcheurs, quelques restaurants, et environ 80 places de petits bateaux de pêche traditionnelle, dont quelques pointus typiques, dont les prises sont réservées aux restaurants locaux. Son accès est protégé par une jetée de roches d’une centaine de mètres de long.

vallon des autres

Voyager en temps de COVID-19

En ces temps marqués par l’épidémie de COVID-19, voyager s’organise différemment. Pour visiter Marseille, équipez vous de masques et de gel hydro !

Marseille a pris des mesures un peu différentes puisqu’elle a fait face à un rebond de cas positifs. Lorsque j’y suis allée, le masque était de vigueur partout (intérieur et extérieur). Dans les restaurants, les tables sont espacées et aménagées afin de respecter au mieux les gestes barrière. Ce qui a été frustrant est la fermeture à 23h qui nous a fait écourter quelques unes de nos soirées entre amis.

*Article en collaboration avec Hotels.com.
Le contenu et mon avis reflètent mon expérience et mon avis à 100%.

Autres articles voyage : 

vallon des autres

Suivre:

J’ai visité une nougaterie : Nougaterie des fumades

Nougaterie des fumadesNougaterie des fumadesNougaterie des fumades

Petit arrêt gourmand des vacances : la Nougaterie des Fumades. Si vous vous en rappelez, j’avais eu un véritable coup de coeur pour le couple Dura lors du Salo ndu Chocolat en 2018. Nous sommes restés en contact depuis et je suis allée les voir pendant mes vacances en Provence afin de visiter leur nougaterie. Accompagnez-moi pour découvrir ce lieu qui ravira petits et grands.

Nougaterie des Fumades : comment y accéder

Pour accéder à la Nougaterie des Fumades, vous devez être véhiculés. C’est au milieu de nul part, en pleine nature, que Sylvie et Philippe officie. La nougaterie se situe à Allègres-les-Fumades (16 Hameau d’Auzon, 30500 Allègre-les-Fumades (coordonnées GPS : 44.20187, 4.23662).

Si vous souhaitez explorer les Cévennes, ce lieu peut être une idée à mettre sur votre itinéraire.

En Provenance de Cavaillon, j’ai mis une bonne heure.

Nougaterie des Fumades : le lieu

Vous allez arriver devant un grand bâtiment crème avec quelques touches de orange, qui se détache du paysage. Le couple Dura a rénové une ancienne coopérative viticole. Le couple a conservé une trace de ce passé en conservant les cuves et certains petits détails qui donnent de l’âme au lieu.

La Nougaterie se divise avec :

  • la boutique : que vous ayez envie de nougats, chocolats, pâtes à tartiner, etc. vous trouverez votre bonheur.
  • l’espace glacier : où vous pouvez manger de délicieuse gelato (crèmes glacées italiennes) en intérieur ou extérieur.
  • le laboratoire : où tous les produits sont confectionnés.

Il est agréable de circuler dans cet espace qui se veut très accueillant. J’y étais tellement bien que j’y ai passé l’après-midi…Bon, j’avoue j’ai un peu trop mangé de glaces !

Nougaterie des fumadesgourmandise citation pierre ferméNougaterie des fumades

Nougats et confiseries

La nougaterie est connue pour ses nougats – qui sont vraiment excellents et haut de gamme. Si vous avez l’occasion de goûter le nougat Dura, vous verrez que ça ne colle pas aux dents comme nous pouvons le penser.

De ma vadrouille, j’ai ramené du nougat, certes mais aussi leurs fameuses pâte à tartiner que j’affectionne particulièrement. Si vous aimez la Nocciolata, vous craquerez pour la Chocolat Intense de chez Dura – qui est vraiment très forte en goût avec une texture plus soyeuse.

Une confiserie qui me ramène en enfance : ce sont les guimauves. Je me rappelle les longs bâtons que mes parents m’achetaient au Chat Bleu…Et j’ai goûté celle de la Nougaterie des Fumades – qui sont encore plus aériennes avec des parfums comme passion qui me font juste fondre de bonheur. Bonus : ces guimauves s’adaptent aux régimes casher ou hallal puisqu’elles sont confectionnées sans gélatine de porc.

J’ai aussi pu goûter leurs calissons – des amis les ont aussi goûté et ont beaucoup apprécié le petit twist que Philippe y a apporté en parfumant différemment les calissons (violette, citron, etc.).

Le clou du spectacle revient aux gelato…Je n’avais jamais mangé autant de boules de glace en une après-midi mais ça valait vraiment le coup ! La nougaterie propose des parfums originaux, authentiques mettant en valeur des produits de saison. Lorsque j’y suis allée, j’ai goûté : yaourt, kiwi, miel/lavande, café blanc, melon et framboise. Contre toute attente, j’ai adoré la gelato au café qui est d’une finesse incroyable. Le secret ? Les grains de café sont infusés dans la crème avant que celle-ci ne soit transformée en glace. Cela donne une glace au café sans aucune amertume : une révélation !

gelato france

Bref, vous l’aurez compris, je suis une gourmande mais une gourmande qui ne veut que le meilleur.

Autres articles :

guimauve artisanale

Suivre:

Suis-je une blogueuse mode & visite du Pont du Gard

blogueuse modepont du gardblogueuse mode

Suis-je une blogueuse mode ? Une question que je me pose lorsque je remplis les colonnes de ce blog. Je profite de cet article dans lequel je vous partage un petit shooting spontané sur le magnifique site du Pont du Gard pour y réfléchir.

Histoire de blogging

Lorsque j’ai commencé le blogging, d’abord par la cuisine, puis par la beauté – la mode ne faisait pas partie du package. En effet, je n’ai pas grandi dans un milieu qui valorisait particulièrement la mode. Et puis, pendant longtemps, j’ai été un véritable « garçon manqué ». Si vous me parliez de robes ou de jupes, j’allais vous rire au nez.

Pour moi, au départ, le blogging était pour parler de sujet un peu éloigné de moi. Cuisine ou beauté, finalement, on est sur de l’objet. Nous avons pas forcément besoin de beaucoup nous montrer.

Et puis, je ne me voyais pas parler fringues car je ne m’y intéressais pas particulièrement…Tout simplement parce que j’avais du mal à m’habiller.

Blogging et image de soi

Comme je le laisse entendre dans le paragraphe précédent, je ne correspondais absolument pas aux images qui circulent dans les médias. J’étais grosse, obèse – si nous voulais utiliser le terme médical. M’habiller était une galère. Mon apparence ne reflétait pas qui j’étais, en réalité. Donc les fringues ne me permettaient pas non plus d’exprimer ce que j’étais.

A l’université, j’ai commencé à perdre du poids et c’est là où j’ai pu (je me suis autorisée même) à m’intéresser à comment je m’habillais. J’ai beaucoup tâtonné. Je ne savais pas ce qui m’allait, me plaisait, etc. Je me suis longtemps sentie grosse alors que j’avais perdu du poids. Le travail sur l’image du corps est long et ne coule pas de source – surtout dans nos sociétés.

Puis, petit à petit, j’ai réussi à trouver les couleurs que je préférerais porter, puis les coupes (bon, ça n’empêche que parfois, j’essaie des choses qui sortent de ce que je porte habituellement). J’ai commencé à avoir mon style.

blogueuse mode

Se ré-approprier son image et son corps

Le premier déclic a eu lieu avec la danse et plus particulièrement la salsa cubaine que j’ai démarré à la fac : une véritable révélation de voir ce que mon corps pouvait faire alors que ma pensée était très limitante. J’ai réussi à enlever certains carcans et prisons mentales dans lesquelles j’étais prise et j’ai commencé à faire ami-ami avec ce corps qui jusqu’à là m’encombrait.

J’ai bien évidemment continué la danse et tous les moyens actifs afin de laisser mon corps bouger…Puis est arrivé la photo. Pour celles et ceux qui me suivent, le shooting Photo-révélation que j’ai fait en 2016 a marqué un tournant. C’est venu planter une graine…J’ai commencé à faire des shootings de « mode », pas beaucoup mais suffisamment pour gagner en assurance. Cette graine qui a grandi car l’année suivante, je me lançais le défi de faire un shooting en lingerie pour mes 30 ans (en 2017).

Entre temps, j’ai quand même eu des hauts et des bas avec mon corps. En ce moment, je travaille dessus – j’essaie de ne pas être dans la lutte mais l’accompagnement en douceur. J’en avais parlé sur les réseaux sociaux : suite à un traitement médicamenteux, j’ai repris du poids. Et je compte bien reperdre tout ça. Le dossier est sur la pile. La suite au prochaine épisode.

Suis-je une blogueuse mode ?

A ce jour, je ne m’identifie pas particulièrement comme une blogueuse mode. Pourquoi ? J’aime bien faire quelques shootings et vous partager quelques idées de looks….Cependant, je ne consomme pas « suffisamment » de fringues par rapport à ces créatrices de contenu que je considère comme dans la mode. Je n’ai pas de sacs à main des maisons de luxe. Je ne suis pas les tendances avec les petites lunettes triangulaires, le retour des Buffalo, et compagnie. J’ai mon style et je le partage, cela s’arrête là.

Comme je le disais, « je ne consomme pas suffisamment de fringues »…Comme pour tout sur mon blog, je ne cherche pas à vous faire vider votre compte en banque pour telle ou telle chose. Je ne suis pas là pour vous « influencer » à acheter. Alors, certes, nous nous influençons tous mais je considère que vous avez le droit à votre libre-arbitre, comme moi j’y ai le droit. Surtout que je fais l’effort de fortement limiter l’achat de fast-fashion donc les vêtements que j’achète ne coûtent pas le même prix donc le budget et la quantité sont autres.

Alors, non, je ne me décrirai pas comme une blogueuse mode mais je suis une blogueuse qui aime la mode, qui prend du plaisir à porter les pièces de mon dressing, à les accessoiriser…La mode est pour moi des pièces dans lesquelles nous avons envie de vivre pleinement notre vie, de faire sortir chacune de nos pièces et de vivre des expériences avec !

Visiter le Pont du Gard

J’ai réalisé ce shooting sur le site du Pont du Gard pendant mes vacances. Je n’ai pas pu faire beaucoup de photo car la météo a vite tourné à l’orage.

Même si le Pont du Gard n’est pas en Provence, j’ai souhaité aller visiter ce site qui n’était qu’à une petite heure de route de là où j’étais en vacances. Sur le chemin, vous pouvez même vous arrêter à Saint Rémy de Provence, Beaucaire, etc. Il est tout à fait possible de réaliser un petit circuit très sympa pour aller jusqu’à ce site assez fabuleux.

Vous pouvez à la fois vous balader sur le site, voire même randonner et vous baigner (baignade non surveillée).

Je suis toujours émerveillée de voir comment à ces époques, l’être humain a été capable de réaliser des prouesses techniques de ce genre !

Autres articles similaires :

Suivre:

Vacances en Provence : que faire dans le Luberon ?

vacances en provencevacances en provenceroussillon provence

Vous avez été nombreux-ses à me suivre sur les réseaux sociaux au moment de mes vacances en Provence. J’ai essayé de profiter un maximum de ce break et vous donnais rendez-vous le soir pour un récapitulatif de ce que j’avais fait dans la journée. Cette story est toujours disponible « à la une » sur mon Instagram mais vous pensez bien que j’allais vous faire un article cytiguide avec toutes les infos à avoir pour organiser votre séjour dans le Luberon !

Organiser ses vacances en Provence

La Provence est une région très touristique donc je vous conseillerai de vous organiser à l’avance pour vos vacances en Provence.

Le transport

En fonction de votre budget et de si vous êtes motorisés ou pas, vous allez adapter votre choix de transport.

Personnellement, je me suis organisée comme il suit : j’ai pris un billet OUIGO Paris/Avignon (si vous le prenez suffisamment à l’avance, vous pourrez l’avoir pour moins de 20€ – méga bon plan !). En un peu plus de 3h, vous arriverez à Avignon. Attention, à Avignon, vous avez deux gares : la gare du centre et la gare TGV à l’extérieur de la ville. Je préférais arriver à Avignon TGV pour récupérer plus facilement ma voiture de location.

Dans cette région, il est essentiel d’être véhiculé. Il existe assez peu de liaisons de transports en commun – à part dans les grandes villes. Donc pour aller profiter de tous les petits villages du coin, pensez voiture. A la gare TGV, vous avez plusieurs sociétés de location de voitures mais vous pouvez aussi passer par des applications de location entre particuliers. Pour ce séjour, je suis passée par Getaround (ancien Drivy). J’ai déniché une petite Toyota, ultra compacte et donc parfaitement adaptée aux routes étroites du massif du Lubéron, équipée de la climatisation – parfaite pour un road trip en solo !

En fonction des villages que vous allez visiter, le stationnement est généralement payant. Les villages appliquent un forfait que vous restiez 1h ou 4h. Cela oscille entre 3€ (Roussillon, par exemple) et jusqu’à 6€ à Fontaine du Vaucluse (que je considère comme du vol).

L’hébergement

La Provence regorge de magnifiques hôtels, maisons d’hôtes, gîtes, etc. Comme pour mon séjour au Pays Basque, le choix s’est retrouvé vite limité. Je suis quand même passée par Airbnb et j’ai réussi à dénicher une petite chambre indépendante chez l’habitant à Plan d’Orgon. Ce qui m’a fait choisir cet hébergement ? La présence d’une piscine ! C’était vraiment le petit extra que je souhaitais avoir et c’est vrai que la plupart des lieux avec piscine étaient pris d’assaut ou bien complètement hors budget.

J’ai donc réussi à trouver un compromis avec cette chambre – qui était plutôt pas mal et qui n’était pas trop éloigné de tous les endroits où je souhaitais allée. Néanmoins, je pense qu’à l’avenir, je m’y prendrai plus tôt afin de trouver la perle rare !

piscine luberon

Se restaurer

Au cours du séjour, j’ai alterné pique-nique et quelques restaurants. Vous pouvez trouver un peu tout type de cuisine et surtout dans les endroits très touristiques des brasseries et autres snacks (mais qui sont parfois un peu chers niveau prix – période touristique oblige !).

Voici les endroits que j’ai testé : le relais des Fumades près de mon Airbnb, un jour où je suis rentrée tard de vadrouille. Cuisine de relais routier – très abordable en terme de tarif. Le plat du jour était frais. Pour ce qui est du buffet des entrées – nous sommes plutôt sur des plats déjà prêt. Cela dépanne mais ce n’est pas une cuisine qui sort de l’ordinaire.

A Cavaillon, un jour où je suis également rentrée tard de vadrouille, j’ai testé le restaurant asiatique Chez Ann. La décoration ne paye pas de mine mais les plats sont frais et joliment dressés. Le service est agréable. Bonne découverte.

Un soir, j’avais réservé une place dans une soirée latino au Domaine du Rocher d’Orgon avec un concert live et un repas organisé par La Caravane d’Olive.

Sinon, j’ai testé deux boulangeries : une à Bonnieux où j’ai mangé un bon pain au maïs et une à Roussillon où j’ai pu manger des viennoiseries (juste une haha !) bien fraîches.

Si vous avez envie d’une glace, je vous propose de découvrir la Fabrique Givrée qui a une boutique à Saint Rémy de Provence.

Vacances en Provence : que faire dans le Luberon ?

Pour les vacances en Provence, vous avez beaucoup de possibilités qui s’offrent à vous : exploration des villages, randonnées dans le massif du Luberon (ou des Alpilles à côté), visite de moulins en tout genre (huile d’olive, lavande, etc.). Je vous propose de découvrir mon itinéraire des jours que j’ai passé dans cette région.

Si vous n’avez pas peur de vous lever tôt, je vous inviterai à partir à la fraîche vers 7h/7h30 afin d’éviter sur votre premier arrêt la valse des touristes. Cela vous permettra aussi parfois de stationner gratuitement puisque c’est à partir de 9h qu’il faut donner à manger aux horodateurs !

Pensez à vous équiper d’une paire de baskets que vous garderez dans la voiture, d’eau fraîche, de protection solaire, etc.

fontaine du vauclusefontaine du vauclusefontaine du vaucluse

Jour 1

Arrivée à Avignon, j’ai récupéré ma voiture de location et ai filé jusqu’à Plan d’Orgon (mon Airbnb). Une fois posée, je suis allée à l’office du tourisme d’Orgon pour voir ce qu’il y avait à faire dans ce coin. Vous avez un petit musée sur l’histoire de la ville qui est liée aux carrières de pierre : Urgonia. Le village est très mignon à visiter et vous avez plusieurs randonnées autour de la ville à faire – personnellement, j’ai trouvé les documents fournis peu fiables et cela a un peu gâché ma visite.

Ensuite, je suis montée (à pied, sans chaussures adaptées, la personne à l’office du tourisme ne m’a absolument pas informé qu’il y avait une route pour accéder au lieu – no comment) jusqu’à l’Eglise Notre Dame de Beauregard. Édifice très impressionnant qui mérite le détour.

J’ai terminé ma journée à la piscine !

vacances en provenceorgon

Jour 2

A l’origine, je voulais aller faire des photos des champs de lavandes. Cependant fin août, il était déjà trop tard. Tout avait été ramassé. J’ai donc vadrouillé autrement. Je suis allée jusqu’à Saignon qui est un village vraiment très mignon surtout la place de la Fontaine avec sa fontaine.

Ensuite, j’ai poussé jusqu’à Buoux qui abrite une ville fortifiée. Je souhaitais visiter mais je n’avais pas du tout la tenue pour faire la visiter. J’ai donc préféré jouer la sécurité et pas me refaire une frayeur comme à Orgon !

Je suis ensuite retournée voir des villages où j’avais l’habitude d’aller adolescente Bonnieux et Lacoste.

vacances en provencevacances en provencevacances en provencesaignon

Jour 3

Toujours à la fraîche, je suis allée visiter Roussillon et ses ocres. Au lever du soleil, c’est vraiment très joli toutes ces couleurs oranges et rouges. J’ai fait le Sentier des Ocres pour visiter notre Colorado français.

Un endroit que je vous recommande : l’Abbaye Notre Dame de Sénanque. Un magnifique monastère datant du Moyen-Âge dans lequel des moines habitent encore. Evidemment vous ne les verrez pas, ils restent dans les parties privées sur les temps de visite (sauf si vous assistez aux services). Le lieu est vraiment reposant et chargé d’histoire. Dans la boutique de l’abbaye, vous pouvez acheter des produits du monastère tel que des légumes, de l’huile d’olive ou du miel. Généralement, la boutique est très rapidement dévalisée par les visiteurs.

Gordes qui a vu ses visites explosées après être passée dans une émission de télévision élisant les plus beaux villages de France.

A côté de Gordes, vous pouvez visiter le Village des Bories – encore un lieu chargé d’histoire. La visite est intéressante et dépaysante – de voir comment d’anciennes générations pouvaient vivre dans des habitations aussi rudimentaires.

Mon dernier arrêt a été Fontaine de Vaucluse pour aller voir le gouffre de Fontaine du Vaucluse. Lieu qui incitait au rêve vue les photos…Cependant, ce fameux point d’eau turquoise au creux des falaises calcaires est complètement inaccessible par le chemin de la ville. Vous marchez 10 minutes le long de la Sorgue, magnifique eau claire, vraiment beau paysage…Cependant, au bout du chemin, un barrière. Alors, certains escalades sur les rochers pour s’approcher davantage, je trouve cela dangereux. Autre point qui m’a moins plu : le côté usine à touristes, ambiance fête foraine. Tout au long du chemin, vous avez glaciers, churros, etc. Personnellement, ça me gâche un peu l’ambiance.

abbaye notre dame de sénanqueabbaye notre dame de sénanquevillage des bornesgordes

Jour 4

N’y étant jamais allée, j’ai décidé de sortir du Luberon et d’aller jusqu’au pont du Gard. Site majestueux à voir au moins une fois dans sa vie. Vous pouvez faire de longues balades au cœur du site mais aussi vous baignez (site non surveillé).

Sur le retour, je souhaitais m’arrêter dans un moulin afin de ramener de la bonne huile d’olive à Paris. Je suis allée au Moulin du Calanquet, que je vous recommande : accueil chaleureux, visite très intéressante sur toute la fabrication des huiles d’olive et dégustation. J’ai ramené une petite sélection d’huiles et des confitures aux saveurs originales.

J’ai terminé ma journée à Saint Rémy de Provence où j’ai fait le tour de la vieille ville – que je n’avais pas vu depuis mon adolescence. 1h vous suffit pour faire le tour. Il existe le parcours en lien avec Nostradamus (vous pouvez d’ailleurs voir la maison où il est né – une plaque l’indique mais vous ne pourrez pas rentrer). L’autre parcours est celui de Vincent Van Gogh que j’ai décidé de ne pas faire car aucune oeuvre n’est conservée ici mais la majorité dans son musée à Amsterdam. Allez voir des reproductions dans sa chambre ne m’intéressait guère.

pont du gard visitepont du gard visitesaint rémy de provence

Jour 5

Le seul jour de pluie des vacances, j’ai été à Cavaillon visiter une ancienne synagogue à la décoration assez unique. La guide qui m’a fait la visite était très intéressante et m’a permis de saisir l’histoire de ces familles en Provence et leur mode de vie.

Puisque la temps n’était pas au rendes-vous, c’est le jour où j’ai décidé d’aller visiter la Nougaterie des Fumades à Allègre-les-Fumades. Si vous vous rappelez, je parlais de cette entreprise que j’avais rencontré au Salon du Chocolat à Paris.

cavaillonsynagogue cavaillon

Jour 6

Dernier jour en Provence et avant de partir, je souhaitais aller à l’Isle sur la Sorgue pour profiter des derniers instants, de cette eau très claire. Dimanche, jour de marché, c’était très sympa d’en faire le tour – malgré la foule. J’ai aussi visité la Fondation Villa Datris qui est une lieu qui met en avant la sculpture contemporaine. L’entrée est gratuite.

En début d’après-midi, je reprenais le train pour finir mon séjour à Marseille.

Autres articles cityguide :

Suivre:

Les frères Ibarboure : table gastronomique au Pays Basque

les frères ibarboureles frères ibarboureles frères ibarboure

Pour celles et ceux qui m’ont suivi sur les réseaux sociaux pendant mon break estival, vous savez déjà ce que j’ai fait pendant mes vacances ! Pour les autres, bienvenue en cette rentrée du blog ! Je vous emmène découvrir la table gastronomique des Frères Ibarboure au Pays Basque !

Les frères Ibarboure : table gastronomique au Pays Basque

Les frères Ibarboure est à la fois un hôtel et une table gastronomique. L’établissement se situe à Bidart au Pays Basque (10 km de Saint-Jean-de-Luz).

Le lieu est paisible, entouré de verdure – à une décoration élégante alliant objets classiques et modernité. Le restaurant est étoilé depuis 25 ans. D’ailleurs, c’est le seul étoilé depuis plus de 30 ans entre Biarritz et Saint-Jean-de Luz.

La Table des Frères Ibarboure est une histoire de famille, aujourd’hui portée par la 3ème génération, Xabi côté “salé” et Patrice côté “sucré”. Les deux frères apportent un vent de nouveauté au restaurant.

Il est préférable de réserver votre table – et pas que en temps de COVID. L’établissement était plein quand j’y suis allée.

les frères ibarbourerestaurant étoilé pays basquerestaurant étoilé pays basquerestaurant étoilé pays basqueles frères ibarbourerestaurant étoilé pays basque

La carte

La carte des frères Ibarboure propose de mettre à l’honneur des produits du terroir basque travaillés avec passion. En allant manger à cette table, vous aurez le choix entre les menus ou les plats à la carte pour émerveiller vos yeux et vos papilles.

Le menu Dégustation, est proposé au prix de 119€, 179€ avec l’accord des vins.

Le menu Émotion, raccourci par rapport au Dégustation, est proposé au prix de 86€, 126€ avec l’accord des vins.

Le menu Coup de Coeur servi au déjeuner à 49€ (hors dimanche et jour de fête), permet de découvrir la cuisine de Xabi & Patrice Ibarboure en 3 plats issus du terroir.

Personnellement, je trouve qu’en terme de quantité, j’étais à l’aise avec le menu Coup de Coeur. Je ne sais pas si j’aurais pu déguster l’entièreté des plats des autres menus.

Au mois d’août 2020, le menu Coup de Coeur se composait comme il suit :

  • Amuse-bouche du chef.
  • Bonite de Guéthary juste snackée, crème crue de la ferme Agerrea relevé au soja, cébettes et graines de coriandre.
  • Filet de merlu de ligne, raviole d’ail à la biscayenne, léger bouillon de morue à l’huile d’olive.

ou

  • Cane Kriaxera en terre et océan : Le filet rôti, olives Taggiasche et sauce foie gras ; la cuisse confite servie avec une marinière de coquillages.
  • Nid d’abeille croustillant au miel de châtaignier, glace yaourt, noix de pecan, émulsion lait et touche d’agrumes.

N’étant pas sûre de réussir à manger l’entrée (bonite snackée, j’ai du mal avec ce qui est « cru »), l’équipe m’a proposé une entrée alternative : raviole de foie gras.

En apéritif, j’ai pris le cocktail champagne, cerise noire et piment d’Espelette : un kir revisité avec les saveurs du terroir que j’ai beaucoup aimé.

Le repas était accompagné de pains faits maison : baguette au piment d’Espelette et pain de campagne si mon souvenir est bon.

Tout était présenté avec beaucoup d’élégance et de finesse. Les mets explosaient en bouche, c’était un véritable régal. Si vous avez l’occasion de passer par le Pays Basque et que vous souhaitez découvrir une table d’excellence, je vous invite à vous arrêter chez les frères Ibarboure.

Autres articles food :

restaurant étoilé pays basque

Suivre:

Week-end au Pays Basque : entre Biarritz & Saint Jean de Luz

Week-end au Pays BasqueWeek-end au Pays Basquesaint jean de luzWeek-end au Pays BasqueWeek-end au Pays Basquebiarritz

Pour ce premier article de rentrée, je vous propose de prolonger un peu les vacances avec un week-end au Pays Basque. Vous le savez, je pars généralement en décalé pour les vacances. J’apprécie avoir moins de monde quand je voyage, d’avoir davantage de flexibilité…Bref, d’être libre !

Pourquoi découvrir le Pays Basque ?

Le Pays Basque permet d’allier les plaisirs du bord de mer et de la montagne. Et même en fonction des plages où vous irez, vous n’aurez pas la même eau (vous comprendrez que je suis plus plage que montage !). Par exemple, Saint Jean de Luz est davantage protégé des vagues que Biarritz ou Hendaye, par exemple. Si vous aimez surfer, ces dernières sont les paradis des surfeurs !

Vous avez une belle gastronomie à découvrir – outre le très célèbre gâteau basque, vous avez le piment d’Espelette, la charcuterie si vous en mangez, le fromage, etc.

rocher de la viergeBiarritzrocher de la viergeWeek-end au Pays Basque

Le transport

Vous aurez les adeptes du road trip qui prendront la voiture de leur point de départ. Pour d’autres, ce sera le train ou l’avion. De Paris, comptez un peu plus de 4h jusqu’à Biarritz. En avion, le vol dure environ 1h15. Personnellement, j’ai fait un A/R Paris-Biarritz par Easyjet pour une centaine d’euros.

Lorsque vous êtes au Pays Basque, la voiture est essentielle si vous souhaitez vadrouiller. Néanmoins, de l’aéroport, vous avez des bus qui vous amènent jusqu’à Biarritz, Anglet, Saint-Jean-de-Luz, etc.

L’hébergement

Comme vous le savez peut-être, avec le COVID, les hébergements en France ont été pris d’assaut. D’habitude, je regarde toujours en premier les Airbnb mais un mois avant le départ, il ne restait que des hébergements à plus de 200€ la nuit. J’ai donc opté pour un hôtel qui était quand même à plus de 100€ la nuit – certes, j’avais la vue sur la plage mais quand même !

A Biarritz, j’ai donc dormi à l’Hôtel de la Plage qui est vraiment très bien situé. N’étant pas véhiculée, je voulais vraiment avoir les commerces, restaurants accessibles à pied. L’établissement est propre et relativement décoré simplement. Quelques éléments mériteraient un petit rafraichissement mais le confort est là.

Au niveau du petit-déjeuner, je ne l’ai pas pris car c’était le petit-déjeuner traditionnel français donc avec beaucoup (uniquement même) d’aliments sucrés.

Pour le reste du week-end, j’étais dans un gîte à Sare. J’étais invitée donc je n’ai pas choisi le lieu. Néanmoins, beaucoup de gîtes dans la région sont référencés – notamment sur le site Gîtes de France.

Se restaurer

A Biarritz, j’ai eu qu’un seul repas à m’occuper et j’avais envie de manger des galettes bretonnes. Vous allez me dire « Sarah, tu te moques de nous ? Tu es au Pays Basque et tu as envie de manger des crêpes… » Et oui, que voulez-vous !

Bref, j’ai dîné à la crêperie Bleue de Toi. Déjà son nom est juste adorable, la déco et sympa et la nourriture fraîche et savoureuse ! En plat, j’ai pris la galette végétarienne (que je valide !) et en dessert, une crêpe au caramel beurre salé (oui !). Une bonne adresse pour les gourmands !

Le lendemain, c’était changement de décor avec le restaurant gastronomique « Les Frères Ibarboure » auquel je dédis un article cette semaine. Pour en savoir plus, je vous invite à revenir sur le blog !

Pour le reste, c’était cuisine maison au gîte.

Par contre, si vous êtes gourmand(e)s, il y a un passage obligé à faire soit à Biarritz, soit à Saint-Jean-de-Luz : la maison Adam. Connue pour ses gâteaux basques mais surtout ses macarons…à goûter au moins une fois dans sa vie !

maison adamWeek-end au Pays Basquesaint jean de luzbiarritz

Week-end au Pays Basque : le programme

A Biarritz, j’ai fait un tour comprenant : le rocher de la Vierge, l’église Sainte Eugénie, la Grande Plage, la Plage de la Côte Basque pour mater les surfeurs (ne jamais perdre le Nord !), la plage du Port Vieux (ma chambre donnait dessus), les cent marches si vous avez envie de vous lancer un petit challenge…et les rues piétonnes qui sont tout à fait charmantes.

A Saint-Jean-de-Luz, j’ai adoré me baigner à la Grande Plage, qui donne aussi sur le centre ville majoritairement piéton. Vous pouvez aussi faire un tour à l’église Saint Jean Baptiste.

Si vous avez le temps, je vous invite à faire un saut à Espelette, pour aller visiter les maisons typiques recouvertes des piments qui sèchent au soleil. Sare et le petit train de la Rhune – que je n’ai toujours pas fait ! La prochaine fois sera la bonne !

Et vous, quelles sont vos meilleures adresses pour un week-end au Pays Basque ?

Autres articles cityguide :

Week-end au Pays Basque

Suivre: