Sexualité solo versus sexualité duo : parlons-en !

Sexualité solo

Aujourd’hui, je vais aborder le thème de la sexualité – avec ce parallèle : sexualité solo versus sexualité duo. J’adore quand sur Instagram vous prenait part à la création de contenu et vous étiez majoritaires à vouloir parler de ce sujet alors let’s go !

Sexualité : quand, comment, avec qui ?

La sexualité est souvent abordée à travers le prisme de la « procréation » et plus spécifiquement « la prévention de la procréation ». Si tu es trentenaire, tu as sans doute eu la même pseudo éducation où en classe, on nous parlait des MST, des risques de grossesse, etc. Nous ne sommes pas éduqués au plaisir alors que c’est juste (au passage) le point central de la sexualité.

Aussi, lorsque nous abordons la sexualité, nous pensons « rapport sexuel avec une autre personne ». La masturbation, les fameux « plaisirs solitaires », bien que plus discutés aujourd’hui, sont souvent passés sous silence – comme si cette sexualité était « moins importante ».

La sexualité démarre dès notre petite enfance, avec la découverte de notre corps, la différence des sexes (organes génitaux masculins et organes génitaux féminins) et tout ce qu’on met sous l’auto-érotisme. Les enfants peuvent se masturber et c’est totalement normal. Cette sexualité est qualifiée de « pré-génitale », c’est-à-dire avant que le corps se génitalise avec la puberté. Cette sexualité se définit davantage comme auto-érotique, c’est-à-dire tournée vers soi-même.

À l’adolescence, le corps se transforme (poils, hormones, seins/hanches qui poussent, etc.). Il va d’abord y avoir un temps d’adaptation avec ce nouveau corps, un temps de découverte. L’auto-érotisme peut donc se (re)trouver à ce moment-là. C’est aussi la période des premiers élans, émois, découvertes.  Il y aura probablement quelques premières fois qui pourront s’observer au cours de ce moment. C’est le moment où la sexualité va se tourner vers l’autre. Ça va être l’envie de faire avec l’autre.

Sexualité duo

Comme je le disais, la sexualité duo est ce qui va être prioritairement discutée. Le rapport sexuel avec l’autre, la contraception, les MST/IST, etc. Lorsque tu veux faire du sexe avec l’autre, il est important d’avoir quelques points en tête, non négociables pour moi :

  • le consentement : toujours s’assurer au cours de la rencontre intime que l’autre est d’accord – que ça soit verbalement ou non verbalement de ce que vous décidez de faire.
  • le respect : chacun son histoire, chacun son rapport au corps – allons-y progressivement !
  • la communication : elle vient relier les deux points précédents (consentement et respect), la communication dans le sexe (et pour tout) est la pierre angulaire pour que cela se passe au mieux pour les partenaires. Elle rassure et elle permet de savoir sur quel terrain on avance : on apprend et on s’apprivoise.
  • le partage : lorsque nous sommes sur une sexualité duo (ou plus de partenaires au même moment, dans le même lit par exemple !), un espace se crée entre les partenaires. Cet espace est un moment de partage de plaisir. Je le rappelle : ce n’est pas une compétition à l’orgasme, c’est avant tout une recherche, une exploration du et des plaisirs. Prends le temps, avec l’autre, de profiter de ce moment, de ce voyage au coeur de vos plaisirs mutuels.

Sexualité solo

Sexualité solo

La sexualité solo est une sexualité qui peut être tout le temps au rendez-vous dans notre vie. Elle est souvent reléguée en arrière plan lorsque nous sommes en couple – comme si le couple devait apporter TOUTES les satisfactions sexuelles dans ta vie.

La sexualité duo et la sexualité solo sont complémentaires. Elles apportent un plaisir différent. La sexualité solo permet d’avoir un moment à soi, avec son plaisir, son corps, ses émotions, son état d’esprit du moment. Elle offre également la possibilité d’explorer des domaines que nous avons parfois envie d’explorer seul.e avant de les explorer à deux. Par exemple, la sexualité anale, le plaisir prostatique – parfois une personne peut ressentir l’envie de s’y familiariser en solo avant de le partager en duo. La sexualité solo peut être avec ses doigts, des accessoires (jouets, sextoys, lubrifiant – que je recommande fortement !)

La masturbation et l’auto-érotisme offre une possibilité de lâcher prise, d’être là pour soi, de cultiver son propre érotisme. Notre sexualité personnelle n’a pas à être en compétition avec une sexualité avec partenaire.s.

La sexualité solo peut aussi apporter un bien-être et soulagement de soi à soi dans une période de stress, de difficulté à s’endormir, des règles douloureuses, etc.

Dans tous les cas, je précise qu’il n’y a aucune obligation – seule l’envie peut te servir comme guide. Tu as envie de te faire plaisir en solo, tu as le droit. Tu as envie de prendre du plaisir en duo (ou plus), tu as aussi le droit ! Tu as envie de prendre du plaisir solo tout en étant dans un moment duo, c’est aussi possible – et en plus de cela, ça peut être carrément excitant pour les personnes qui y participent.

Autres articles :

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :