Timide au lit : « je n’arrive pas à me lâcher pendant le sexe »

timide au lit

Partager un moment intime avec une personne, se sentir timide au lit – ça arrive et cela est normal. Le sexe restant encore un sujet tabou, ou en tout cas davantage traité sur l’idée de « prévenir la procréation » et (parfois) les IST/MST – tout ce qui touche aux sensations, émotions, etc. sont assez peu abordés. Comment se sentir à l’aise au lit, surmonter ce vécu « je suis timide au lit » ?

Timide au lit : « je n’arrive pas à me lâcher pendant le sexe »

Lorsque vient le moment du rapprochement avec l’autre, de se dévêtir…tu ne te sens pas à l’aise. Est-ce que ton mental va à 1000 à l’heure et tu te poses des questions comme :

  • Est-ce qu’il/elle va voir mes bourrelets, ma cellulite, mes poils, mes cicatrices, etc. ? 

Tu t’interroges sur ton corps, sa normalité, etc…

  • Est-ce qu’il/elle me désire vraiment, a vraiment envie de coucher/sexer/faire l’amour avec moi ?

Tu doutes de l’intention de l’autre, tu ne te sens pas légitime…

  • Suis-je suffisamment excitant.e ?

Tu te demandes comment l’autre peut vouloir être nu.e avec toi, toi-même ne trouvant pas ton corps excitant…

  • Si je fais ça, qu’est-ce que l’autre va penser de moi ?

Tu aimerais bien profiter du moment, faire des choses mais tu as peur d’être jugé.e comme étant « obsédé.e », « salop.e », « pute »…

  • Qu’est-ce que je peux faire ?

Tu aimerais bien prendre des initiatives mais tu ne sais pas quoi faire ou comment faire…

Liste non exhaustive…Généralement, la pensée prend le dessus des sensations et des émotions. Tu n’es pas dans le moment présent. Alors, comment dépasser cela ?

timide au lit

Vivre sa sexualité de manière bienveillante et épanouie

Quand tu te retrouves dans un moment intime, avec une personne avec qui tu te sens suffisamment en confiance et à l’aise, tu peux :

  1. Dire stop à tout moment : le consentement peut être retiré à tout moment. Ce n’est pas parce que tu commences à embrasser/caresser/déshabiller que tu as envie de lécher/sucer/pénétrer ou être pénétré.e. Le sexe se fait à deux donc c’est important de s’assurer que l’autre se sent bien à toutes les étapes de ce partage. Si tu doutes des intentions de l’autre, ce n’est pas en couchant que tu te sentiras mieux. Honore-toi !
  2. De t’autoriser à vivre ta sexualité : tu as le droit d’être intime avec qui tu choisis de l’être.
  3. Créer un contexte : parfois, tu peux avoir besoin de te mettre dans l’ambiance pour te sentir davantage à l’aise. Cela peut passer par mettre une playlist qui vous inspire tous les deux, ajuster la lumière (les néons, ça donne moyen envie !)…Certaines personnes peuvent être sensible à l’environnement olfactif – cela peut passer par prendre une douche (toujours important de bien se laver les mains avant de faire du sexe), utiliser des bougies parfumées ou des huiles essentielles, etc.
  4. Prendre le temps : nos sociétés occidentales sont beaucoup dans une sexualité de « frictions », il faut que ça frotte, que ça soit fort, que ça tape pour que ça soit du sexe…Pas forcément. Le sexe n’est pas une course. Respecte ton rythme et le rythme de l’autre. Tu peux commencer à faire du sexe puis faire une pause parce que tu sens que c’est trop pour toi. Tu peux aimer ce que l’autre te fait mais tu souhaites un peu plus de contact, etc…Le sexe est un moment qu’on crée à deux alors prenons le temps de le créer.
  5. Communiquer : que ça soit par le langage verbal ou non verbal. Tu as le droit de guider l’autre ou de demander à l’autre de te guider. Cela peut se traduire par des phrases toutes simples comme « dis-moi si je touche une zone qui ne te plait pas », par exemple. Personnellement, ça m’est arrivé de constater que l’homme avec qui j’étais se crispait quand je m’approchais de ses tétons…Ton partenaire peut être très sensible, chatouilleux, ne pas aimer, etc…Sois attentif.ve et inversement, si tu as envie que l’autre te touche d’une certaine manière, aille comme ci ou comme cela, tu peux lui donner des indications ou alors guider ses gestes avec tes mains, etc.
  6. Suivre des comptes ou des personnes qui parlent de sexe avec bienveillance, en dehors de la sexualité phallocentrée.
  7. Apprendre à découvrir son corps seul.e : cultiver son auto-érotisme participe à se sentir plus à l’aise quand on est avec un.e autre. Comprendre comment son corps fonctionne, ce qu’il aime ou pas, etc. te permet de mieux accompagner l’autre dans le plaisir partagé.

 Autres articles sexo :

se lâcher au lit

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :