Comment accepter son corps ?

Comment accepter son corps Comment accepter son corps Comment accepter son corps brassière grande taille

J’en parlais dans mon podcast Studio Psy Paris…J’ai de plus en plus de mal avec l’idée de « body positive ». Pas le mouvement, non mais avec cet avènement, cette mise au premier plan du « positif » comme si tout le reste était ignoré. Pour moi, mettre trop l’accent sur le positif est encore une nouvelle injonction, cette fois-ci l’injonction d’aller bien…alors comment accepter son corps ?

La tendance « body positive »

Personnellement, j’utilise de moins en moins le #bodypositive dans mes posts et le remplace pas #beautybeyondsize lancé par Ashley Graham, une mannequin plus size que j’adore. Pourquoi vous allez me demander.

Parce que je pense que la beauté ne dépend pas de la taille : une femme, un homme, peut être magnifique peu importe son poids, sa morphologie, etc. Il est important de déconstruire les diktats autour de ce que devrait être la beauté. 

Maintenant, avec le mouvement body positif, comme tous ces courants avec le mot « positif » de dans (pensée positive, psychologie positive, etc), ce qui me dérange est justement le mot « positif ». Pour moi, il s’agit d’une nouvelle injonction (et oui, encore !) à se sentir bien. Alors, se sentir bien, oui, c’est un chemin vers lequel la majorité d’entre nous à envie de tendre…Sauf que en mettant en avant cette idée de positif, ça vient écarter toutes les autres émotions et ressentis.

Par exemple, au quotidien, j’aime mon corps mais parfois, il arrive que je me lève et je me sens pas au top pour x ou y raison…Avec ce type de mouvement, c’est comme nous n’avions pas le droit de ressentir autre chose que du positif.

J’ai presque une voix avec le personnage du blond de Gad Elmaleh dans ma tête qui me dit « ah bon, t’es pas body positif ? ».

Et puis, une personne qui se dit body positive, qui un jour décide de transformer son apparence (perte de poids, chirurgie, etc) : on pourra dire d’elle qu’elle n’était pas body positive. D’ailleurs, des personnalités publiques ont pu se faire lyncher pour cela.

Comment accepter son corps brassière grande taillebrassiere grande taillemannequin grande taille Comment accepter son corps mannequin grande taille

Comment accepter son corps ?

Pour moi, accepter son corps réside dans le fait d’être très au clair avec ce qu’il est à un moment donné. Apprendre à aimer son corps passe par de l’introspection, de l’observation. Cela ne réside pas dans « je dénie d’être comme ci ou comme cela ».

Pour moi accepter mon corps passe par déjà :

  • connaitre sa taille et l’accepter même quand elle fluctue. Par exemple, j’ai changé de taille de bonnet…il a bien fallu que j’accepte avoir changé de taille et cela passe par accepter d’acheter sa nouvelle taille.
  • prendre soin de sa santé : là, il n’est pas question de poids. Pour moi, prendre soin de sa santé réside dans le fait de donner ce qu’il faut à mon corps pour qu’il fonctionne au mieux. Cela va passer par l’équilibre alimentaire, par exemple.
  • bouger : une grande partie de mon cheminement s’est fait grâce à la danse (salsa cubaine) qui m’a permis de dépasser les limites et blocages que je mettais sur mon corps. Maintenant, je ne pourrais pas me passer d’activité physique (même si ce n’est qu’une petite balade). J’ai besoin de sentir mon corps en mouvement. Voir qu’il est capable de me transporter d’un point A à un point B, j’éprouve énormément de gratitude.
  • se regarder : pour moi, cela est beaucoup passé par la photo. Cela m’a permis d’avoir un regard différent sur mon corps, sur mon apparence. Cela m’a aussi ouvert de nouvelles possibilités dans le sens où j’ai pu explorer des aspects de moi que je n’osais pas incarner.
  • être honnête avec soi-même : accepter son corps n’implique pas de ne rien faire si nous éprouvons de l’inconfort ou de la douleur. Cela pourrait passer par une perte de poids mais pas que. En fait, c’est ne pas être dans le déni – peu importe le déni : déni de la douleur, déni de mes limites, déni de mes envies, etc. Si un jour je ne me sens pas bien dans ma peau, c’est ok. Si un jour, je ressens le besoin de travailler un point ou plusieurs en particulier, c’est ok. Si la personne que je suis aujourd’hui n’est pas la plus juste pour moi, qui peut dire que je n’ai pas le droit de changer parce que « tu as mis en avant la carte du body positif ».

En conclusion, peut être que nous devrions davantage parler de mouvement « je suis vrai », vrai avec moi, vrai dans le temps t et si dans le temps z cette vérité a évolué, et bien que j’évolue avec. 

Tout est question, selon moi, d’équilibre. Je donne souvent cette image car pour moi, elle est la plus parlante, cette image de toi, moi, nous en train de faire l’étoile de mer à la surface de l’eau. Il y a souvent cette idée que l’équilibre, c’est quelque chose d’immuable. Je ne suis pas d’accord. Pour moi, l’équilibre, c’est une force tranquille dans cette idée je lâche et j’accepte de flotter. Et je ne pourrais flotter tranquillement que si je fais confiance en mon corps, à sa détente, face à la force de l’eau qui peut me porter. Plus je m’agite, moins j’arriverais à trouver ce point d’équilibre. Par contre, lorsque j’ai trouvé le point d’équilibre, celui-ci ce maintient par des mouvements infimes en continu, au grès des clapotis, voire des vagues, pour me maintenir à la surface de l’eau…

Je porte la brassière Charley de chez Elomi.

Autres articles fashion :

Comment accepter son corps

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :