Brume de la Reine de Hongrie Omorovicza

brume Omorovicza

Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que je suis une adepte des brumes de soin. Depuis ma dermatite périorale, je ne nettoie plus la peau au réveil et la dynamise avec une brume. Aujourd’hui, j’ai eu envie de vous présenter la très célèbre Brume de la Reine de Hongrie de la marque Omorovicza (soyons honnêtes : qui arrive à prononcer cette marque ?).

Omorovicza : la marque

Originaire de Hongrie, cette marque est une marque de niche. Sur les sites des revendeurs francophones, il y a assez peu d’informations. Du coup, je vais vous traduire ce qui est disponible sur le site officiel en anglais :

« Le voyage d’Omorovicza a commencé il y a plus de 2000 ans, lorsque les propriétés curatives des eaux thermales hongroises ont été découvertes et les premiers bains thermaux ont été construits.

Le secret des raisons pour lesquelles les eaux thermales hongroises ont des propriétés curatives si remarquables réside dans les caractéristiques géologiques uniques de la région. Ici, la croûte terrestre est plus mince, de sorte que les eaux absorbent plus efficacement les minéraux bénéfiques lorsqu’ils remontent à la surface.

La magie des eaux curatives vient de leur mélange unique de minéraux et d’oligo-éléments.

Des observations empiriques de guérison miraculeuse ont conduit à la construction de plus de 1000 thermes en Hongrie.

Le catalyseur de la création d’Omorovicza remonte à une rencontre que Stephen et Margaret ont eue avec le chef d’un laboratoire hongrois de dermatologie, célèbre pour sa découverte lauréate du prix Nobel de la vitamine C.

On sait déjà beaucoup sur les effets bénéfiques des eaux thermales sur les baigneurs en raison  le message des minéraux « collants » à la peau dans les bains. Moins connu est le fait qu’ils n’absorbent pas dans la peau – ils ne sont pas « bio-disponibles ».

Pour capturer la magie, il était essentiel de trouver un moyen de livrer ces minéraux en profondeur dans l’épiderme.

Stephen et Margaret ont fait appel aux compétences du laboratoire pour intégrer les propriétés des eaux curatives dans une gamme de soins de la peau. Ensemble, ils ont développé et breveté le Healing Concentrate™, un complexe unique capable de délivrer les minéraux thérapeutiques aux couches les plus profondes de la peau. »

Nous sommes donc en présence d’une marque qui a souhaité fonder ses soins sur les propriétés bien spécifiques de l’eau thermale hongroise (comme nous pouvons avoir ici en France avec La Roche Posay, Avène, Uriage, etc.)

Pour développer leur gamme, les fondateurs souhaitent des formules exemptes d’ingrédients synthétiques nocifs et inutiles, qui sont occlusifs et empêchent la peau de respirer. Les formules sont donc mises au point sans :

  • Parabens
  • Glycols
  • Huiles minérales
  • Silicone
  • Phtalates
  • Sulfate de lauryle de sodium
  • Couleurs synthétiques
  • Parfums synthétiques
  • Écran solaire chimique

La marque n’est pas testée sur les animaux.

Est-ce que cette marque vaut le coup ?

C’est la question que nous pouvons toute nous poser. En effet, lorsque vous voyez les tarifs pratiqués par la marque – vous manquez de tomber à la renverse !

Sur des formats de 150ml, les prix d’entrée sont aux alentours de 40€ et en fonction des gammes et produits, les tarifs montent jusqu’à 350€. Pour la Brume de la Reine de Hongrie, nous sommes à un tarif aux alentours 75€ les 100ml pour Feelunique, 65€ sur les sites Net-à-Porter ou Lookfantastic.

J’avais eu ma Brume (format 50ml) dans le Jetsetter Kit de la collaboration InTheFrow X Feelunique en 2019 – ce qui rendait les produits beaucoup plus accessibles.

Skincare de luxe, donc…Pas accessible à toutes les bourses. Et pour celles qui souhaiteraient craquer, une question se pose : est-ce que les produits sont exceptionnellement efficaces ? Parce que j’utilise une autre lotion Reine de Hongrie depuis 2018 et j’en ai parlé ou encore ici (cette fois-ci d’une marque bio, qui coute moitié moins cher les 100ml).

brume de la reine de hongrie

Brume de la Reine de Hongrie : packaging et composition

La Brume de la Reine de Hongrie d’Omorovixcza se présente dans un packaging sobre et élégant – qu’il s’agisse d’une édition limitée comme j’ai là que dans son look habituel (flacon transparent en verre et tête de vaporisation).

Au niveau des ingrédients, j’ai été embêtée – pas de liste sur le flacon, pas d’emballage (alors que c’est censé être obligatoire). C’est Internet qui m’a donné les infos.

Aqua (hungarian Thermal Water), Glycerin, Polysorbate 20, Phenoxyethanol, Pyrus Malus (apple) Fruit Extract, Saccharomyces (hungarian Thermal Water) Ferment Extract, Disodium Edta, Ethylhexylglycerin, Mannitol, Malpighia Punicifolia (acerola) Fruit Extract, Chlorella Vulgaris/lupinus Albus Protein Ferment, Pectin, Rosa Damascena Flower Water, Citrus Aurantium Dulcis (orange) Flower Water, Salvia Officinalis (sage) Leaf Water, Phospholipids, Yeast Extract, Linalool, Geraniol, Citronellol.

Le premier ingrédient est bien l’eau thermale de Hongrie, puis vient la glycérine (assez courant dans le domaine). Ensuite, nous avons le polysorbate-20 juste derrière est un émulsifiant et tensioactif décrit comme « pas terrible dans toutes les catégories » selon la fiche INCI Beauty. Après, nous avons de l’extrait de pomme, de l’extrait d’agent de fermentation d’eau thermale de Hongrie, de l’EDTA disodé (à nouveau pas terrible), de l’ethylhexylglycérine (ok), du mannitol (ok), de l’extrait de fruit d’acerola, un ferment de protéine d’algue verte (ok), de la pectine, de l‘eau florale de rose de Damas, de l’eau de fleur d’oranger, de l’eau de feuille de sauge, des phospholipides, de l’extrait de levure (quelle levure ?) et des dérivés naturels.

La composition contient certes plus d’ingrédients ok que « pas ok »…Néanmoins, pour un tarif aussi élevé, nous pourrions imaginer une formule 100% clean.

Brume de la Reine de Hongrie : mon test

La première chose qui m’a complètement séduite et qui je pense pourra vous séduire : le parfum de cette brume (composition sans parfum ajouté d’ailleurs). C’est délicat, frais et sensuel avec la fleur d’oranger qui vient vous envelopper dès la première vaporisation. Ce parfum contribue vraiment à la sensorialité du produit et au plaisir que nous pouvons trouver à son utilisation.

Cette brume s’utilise comme toute brume faciale, c’est-à-dire vaporisez-là à environ une quinzaine de centimètres du visage. Il sera nécessaire de faire 3/4 pulvérisations pour vraiment bien imprégner le visage. Personnellement, après, j’aime tapoter la peau de mon visage pour faire pénétrer le produit – avec de passer à ma routine hydratation.

En terme d’effets sur la peau – je n’ai rien remarqué de révolutionnaire. Elle contribue à l’hydratation et au confort de la peau – néanmoins, je ne vois pas ma peau plus lumineuse, éclatante, etc. De plus, cette brume est vendue comme « anti-âge », là dessus, je ne suis pas certaine !

Autres articles skincare :

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :