Comment soigner la dermite séborrhéique ?

dermite séborrhéiquedermite séborrhéique

Vous êtes nombreuses-eux à consulter le blog sur le sujet de la dermite périorale, aujourd’hui, je vais vous parler de la dermite séborrhéique. En effet, récemment, j’ai fait un bilan chez mon dermatologue et le diagnostic est tombé. Les plaques que j’avais sur le visage étaient un autre type de dermite. Je vous propose de vous partager toutes les informations et traitements pour lutter contre cette infection.

Qu’est-ce que la dermite séborrhéique ?

La dermatite séborrhéique de l’adulte, ou dermite séborrhéique, est une maladie de la peau (ou dermatose) inflammatoire, caractérisée par la présence de plaques érythémateuses (rouges) recouvertes de squasmes grasses.

Ces lésions se développent généralement dans les zones où la sécrétion de sébum est la plus importante (dites « grasses » ou « séborrhéiques »), par exemple :

  • le cuir chevelu,
  • le sillon entre le nez et les joues ou les lèvres,
  • les sourcils et l’entre-sourcil.

Il s’agit d’une maladie bénigne et non contagieuse, mais chronique : elle évolue par poussées récidivantes. La dermatite séborrhéique a un retentissement sur la qualité de vie du fait de la visibilité des lésions.

La dermatite séborrhéique touche 1 à 3 % des Français entre l’adolescence et l’âge adulte, avec un pic de fréquence entre 18 et 40 ans.

Six hommes sont touchés pour une femme. Après 40 ans, la maladie se révèle moins courante et ne concerne quasiment plus que des hommes.

boutons zone T

Les symptômes

En plus du cuir chevelu, le visage est souvent atteint par la dermatite séborrhéique, surtout en son milieu (zone T). Les plaques et pellicules se forment surtout :

  • dans les sillons autour des narines,
  • dans le pli sous la lèvre inférieure,
  • chez l’homme, au niveau de la barbe et de la moustache,
  • à l’arrière des oreilles et dans les conduits auditifs externes (qui peuvent alors suinter),
  • au niveau des sourcils et de la zone entre les sourcils et sur les paupières. Exceptionnellement, les cils sont atteints. Une blépharite (inflammation des paupières) ou une conjonctivite peuvent alors se déclarer.

Le traitement consiste à soulager les symptômes amenant à la rémission mais sans pour autant permettre la guérison – une fois que l’inflammation s’est déclenchée, elle peut revenir (comme les boutons de fièvre, etc.).

Quelles sont les causes favorisants de la dermite séborrhéique ?

La dermite séborrhéique est liée à un champignon naturellement présent sur notre peau (cf. microbiote) qui va se multiplier plus qu’à la normal et créer une inflammation. En plus de cette origine fongique (liée à ce champignon), il est probable qu’une origine immunologique y soit associée.

Dans mon cas, l’élément déclencheur a été le stress mais plusieurs facteurs peuvent intervenir :

  • l’application cutanée de corps gras (huile, etc) ou de lotions à base d’alcool,
  • une hygiène corporelle insuffisante,
  • un abus chronique d’alcool,
  • l’exposition à l’humidité et à la chaleur, ou au contraire, à des températures très froides,
  • l’hypersudation
  • le stress, la fatigue ou le surmenage (qui représentent également des facteurs déclenchants),
  • l’obésité,
  • la grossesse,
  • l’immunodepression liée par exemple au VIH,
  • un syndrome parkinsonien lié soit à la maladie de Parkinson, soit à la prise de médicaments comme les neuroleptiques,
  • un cancer des voies aérodigestives supérieures.

dermite séborrhéique

Traiter la dermite séborrhéique

Pour le cuir chevelu

Dans mon cas, la première manifestation que j’ai eu été sur le cuir chevelu – il existe donc des shampoings spécifiques pour traiter l’inflammation. Vous pouvez soit avec ordonnance, soit sans ordonnance, vous procurez le shampoing Sebiprox ou Ketoderm.

J’utilise le Sebiprox depuis 2 ans de temps en temps lorsque je suis en crise. Il a tendance à rendre les cheveux un peu rêches. Après avoir réalisé un premier shampoing avec le Sebiprox que je laisse poser au moins 5 minutes, je poursuis avec un shampoing doux et neutre bio (de préférence) pour éviter de trop assécher les cheveux. Ensuite, j’utilise un après-shampoing ou masque naturel hydratant.

Pour le visage

Pour le visage, mon dermatologue m’a invité à laisser couler la mousse du shampoing sur le visage, oreille, etc. afin de traiter aussi lors de la douche la dermite. En parallèle, il m’a prescrit une crème antibiotique. Plusieurs existent et sa préférence se porte sur Lithioderm car sa formule gel permet davantage d’assécher (en comparaison à la crème Ketoderm).

En parallèle, vous pouvez aussi réaliser des compresses de thé noir (comme pour la dermatite périorale) qui a une action asséchante également.

Cela fait 10 jours que j’utilise le traitement et comme vous pouvez le voir, la zone T (notamment l’entre sourcils qui étaient majoritairement atteint) est bientôt guérie.

Routine soins et maquillage

Comme pour toute inflammation du visage, il sera nécessaire de réduire ou de modifier ses produits pour des formules moins grasses et qui auront moins tendance à faire « macérer » l’épiderme. Le layering (trop de couches de produits) est aussi à éviter.

Il est tout à fait possible de se maquiller normalement. Il suffit d’éviter tous les produits « gras » (fonds de teint liquide) et privilégier toutes les formules poudre.

Autres articles dermato :

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :