Influenceurs : ce que j’ai appris de ce microcosme

influenceurslingerie curvy

Les influenceurs, un mot qui s’est popularisé aux alentours de 2018. Auparavant, nous parlions davantage de blogueurs, d’instagrameurs, etc. Tout dépendait de la plate-forme utilisée par la personne en question pour « l’étiqueter ». Aujourd’hui, nous entendons continuellement le terme « influenceurs » parce qu’il regroupe tous ces nouveaux métiers de l’ère digitale même s’il est, je trouve, extrêmement réducteur à différents niveaux.

Dans cet article, je partagerai à la fois mes réflexions personnelles sur le milieu tout en partageant mon expérience et évolution dans ce milieu-là.

Comment je suis devenue blogueuse

Marshmalloword est né en Octobre 2013 et plus de 1000 articles ont vu le jour en cette période. Avant ce blog, j’avais démarré un blog culinaire alors que j’étais étudiante et encore avant ça, je partageais mes passions « adolescentes » (écriture, montage photo) sur Skyblog. Le blogging est donc une activité qui s’est installée relativement tôt dans ma vie. Ce hobby me permettait de partager mes passions sur la toile et cela n’était absolument pas réfléchi de manière stratégique : tout était spontané, bricolé tout en me permettant d’avoir un espace bien à moi où je faisais ce que je voulais.

Quelques mois après avoir démarré Marshmalloword, j’ai suivi les conseils de The Anna Edit et de Lily Pebbles pour « professionnaliser » ce que je faisais sur ce blog : planning éditorial, améliorer la qualité des visuels, etc.

Bientôt 7 ans se sont écoulés et le chemin parcouru est extrêmement intéressant. Le blogging m’a ouvert un terrain de jeu, d’apprentissages (depuis plusieurs mois, je me penche enfin sur les notions de référencement et cie), de rencontres que je n’aurais jamais eu si j’étais restée dans mon seul domaine universitaire. Aujourd’hui, mon style s’est définitivement affinée, je sais ce que je veux transmettre via mes plateformes et où je veux aller.

Qui sont les influenceurs ?

Les influenceurs sont décrits comme des personnes capables d’être un relais d’opinion influencent les habitudes de consommation dans un but marketing en fonction de leur statut, exposition médiatique, etc. Un influenceur peut donc être un(e) artiste (chanteur-euse, acteur-rice, etc.), mannequin, personnalité politique, it-girl/it-boy, personnes de la télé-réalité, blogueur-euse, instagrameur-euse, youtubeur-euse, etc.

Toutes ces personnes sont sollicitées par les marques, les entreprises ou encore les agences de relations presse afin de booster leur communication et/ou atteindre une cible de potentiels clients dans le cadre d’actions publicitaires (de manière générale). Un contrat avec un influenceur peut donc être ponctuel ou régulier en fonction du projet et de sa notoriété.

lingerie curvyinfluenceurslingerie curvy

Influenceurs VS créateurs de contenu

Si cela ne tenait qu’à moi, je ne conserverais que le terme de « créateur de contenu » car il correspond davantage à ma vision de ce que je fais. Si je peux me décrire comme blogueuse car le blog est mon espace numéro 1 de publications, je crée aussi du contenu sur différentes plateformes : Instagram, Pinterest, Youtube, Facebook, Twitter, etc. En effet, le contenu que je publie ne va pas être totalement à l’identique en fonction des plateformes. Aussi, il ne faut pas oublier qu’à part un blog dont nous pouvons être propriétaire avec l’achat du nom de domaine et tout ce qui en découle, les réseaux sociaux et cie ne nous appartiennent pas. Si un jour Instagram venait à disparaître, notre contenu dessus sera perdu (à part si vous enregistrez vos publications comme les photos, IGTV, etc. sur votre ordinateur ou disque dur externe).

Cependant, la terminaison « créateur de contenu » ne permet pas de couvrir toutes les déclinaisons que nous observons dans le monde digital, c’est pour cela que c’est l’influence qui se fait la part belle.

En effet, ce qui me dérange avec le mot « influenceur » est qu’il suppose une sorte de lien « dominé »/ »dominant » dans la relation. Ainsi, l’audience de tel(le)s ou tel(le)s influenceurs va suivre son avis, ses recommandations (plus ou moins aveuglement) et acheter les produits mis en avant.

J’ai beaucoup réfléchi à ce milieu et ce d’autant plus que je suis psychologue donc cela fait partie de mon métier d’observer et d’analyser. Qu’on se le dise, nous vivons dans un monde d’influence parce que nous vivons dans un monde de l’image. L’image (même si elle est davantage digitale aujourd’hui) est ce qui va venir nous séduire et actionner un des premiers leviers de la consommation. L’idéologie capitaliste est « pour être heureux-se, je dois posséder tel et tel objet. » Le capitalisme vient nous proposer une réponse au manque fondamentale du sujet humain – c’est ce qui nous rend désirant (donc dans l’énergie de vie). Sauf que ce manque, qui est conceptuel dans le champs psy* (et même philosophique), ne peut pas être rempli par du matériel : c’est illusoire. Et c’est là-dessus que le capitalisme fonctionne : il faudra toujours plus de réponses matérielles pour remplir illusoirement ce manque. Puisque ce n’est pas le dernier smartphone ou le dernier sac à mains qui va faire que je ne suis plus manquant, il faut que je trouve autre chose, et encore autre chose…Et la machine finit par saturer.

C’est dans ce sens-là que je ne suis pas en accord avec le monde de l’influence et comment blogueurs, créateurs de contenu peuvent être perçus. Effectivement, certain(e)s influenceurs ne sont intéressé(e)s que par l’aspect matériel (cadeaux, argent, etc.) et vont donc être des motivateurs/incitateurs à la consommation, voire à la surconsommation. Vous le verrez dans leur contenu, le ratio entre placement de produits et création de contenu ne sera pas la même qu’un créateur de contenu qui souhaite partager une expérience à travers ses passions, son style de vie, etc. Le langage est généralement différent, les composantes de la relation aussi.

Finalement, je crois que tout dépend de l’éthique personnelle et professionnelle de chaque influenceur

10 conseils pour les créateurs de contenu et influenceurs

Même si je reste un blog qui grandit doucement, à son rythme, j’ai envie de vous partager mes 10 conseils que tous les créateurs de contenu devraient avoir en tête :

  1. Le milieu évolue tous les jours et il faut accepter d’évoluer avec lui. Je choisis volontairement le mot « évoluer » et non « changer » parce qu’il est important, selon moi, de rester fidèle à qui on est, ses valeurs, etc. Mais oui, l’industrie des médias et réseaux sociaux se modifie autant que ses algorithmes alors autant nous ne pouvons pas contrôler tous ses changements, autant nous pouvons contrôler notre manière de vivre ces changements. L’adaptation est la clé.
  2. Publiez des contenus qui vous plaisent. En effet, si un contenu ne vous plait pas ou vous ennuie, il ennuiera votre audience. J’ai toujours réfléchi mes publications avec le prisme de « qu’est-ce que j’aimerais lire, voir, etc.? »
  3. Établir une relation de confiance avec son audience. Cette confiance sera dépendante de la transparence par laquelle vous partagerez vos contenus. Le législateur a commencé à s’intéresser à ce domaine qu’est l’influence et le digital marketing et les pratiques évoluent (obligation de mentionner lorsqu’un article est sponsorisé, par exemple).
  4. Être consistent(e) dans votre manière de publier. Ce conseil fut l’un des premiers que je me suis appliquée. En effet, que ce soit sur votre blog, votre chaîne Youtube ou vos réseaux sociaux, vos publications viennent créer un rendez-vous pour votre audience. En plus d’être ce moment de retrouvailles, les outils de référencement sont tous unanimes : la régularité permet d’obtenir une meilleure position dans les résultats de recherche.
  5. Bousculez votre routine. Faire la même chose sur ses plateformes depuis 2, 3, 4 ans ne va probablement pas vous satisfaire. Même si vous avez un sujet principal sur votre blog ou votre plateforme, vous avez le droit de parler d’autres sujets. Soyez ouvert(e)s à l’inspiration. Par exemple, je n’étais pas quelqu’un qui parlait de mode et maintenant, je l’intègre de temps en temps !
  6. Votre audience est votre communauté. Si ces personnes font parties de votre communauté, c’est que vous partagez des points de vue, des passions, etc. Il me semble important – autant faire se peut, de répondre aux commentaires ou aux messages privés, bref, de maintenir un lien tangible et d’interagir avec les membres de sa communauté.
  7. Soyez responsables : nous sommes responsables de ce que nous mettons sur Internet et il est important d’avoir une vigilance de la trace que nous y laissons. En effet, une fois que nous avons dit ou écrit quelque chose en ligne – même si nous pensions que c’était de l’humour, cela peut offenser quelqu’un ou être interprété de telle ou telle manière. La spontanéité est importante mais soyez sensibles à ce que vous écrivez.
  8. Prenez du recul. Parfois nous pouvons recevoir des remarques pas très agréables, voire carrément désobligeantes ou inappropriées. Cela nous touche et peut avoir un impact plus ou moins important sur notre état émotionnel. Essayez de mettre de la distance avec tout ça, d’ignorer, de bloquer et parfois, si cela est nécessaire, d’avoir recours aux outils légaux pour se protéger.
  9. Faites une pause. L’inspiration ne vient pas comme ça et si les idées poussaient sur les arbres, cela se saurait ! Parfois, faire une pause est nécessaire pour se réinventer, évoluer, etc.
  10. Affirmez votre personnalité : qu’est-ce qui fait que vous êtes vous ? Qu’est-ce qui vous rend unique aux yeux de votre audience ? Ne cherchez pas à tout contrôler, à avoir une image super lisse sur la toile – cela sonnerait faux et serait même difficilement tenable sur le long terme. Votre audience s’attachera d’autant lorsqu’elle saisira votre authenticité.

Autres articles qui pourraient vous plaire :

influenceurs

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :