Comment soigner la dermatite périorale ?

Comment soigner la dermatite périorale ou péri-buccale est une question que des internautes me posent souvent. En faisant vos recherches vous arrivez sur mon blog et quelques articles où je partage mon expérience avec la dermatite périorale. Je souhaite regrouper tous ce qui a fonctionné pour moi et tous les articles qui abordent le sujet de ce trouble dermatologique.

NB : je ne suis pas médecin – je souhaite à travers cet article répondre aux nombreuses questions que je reçois souvent par email. Je partage mon expérience et mon expertise personnelle avec ce souci de peau.

Soigner la dermatite périorale : le diagnostic

De nombreux mails que je reçois parle d’une détresse et de doutes lorsque les dermatologues posent le diagnostic d’eczéma ou de psoriasis. La dermatite périorale est un trouble de peau mal connu. Comme me l’a dit mon dermatologue sur Paris : cette inflammation est peu rencontrée par les services des urgences dermatologiques et seuls quelques dermatologues avertis poseront le diagnostic juste.

La dermatite périorale se manifeste par des boutons rouges sous forme de grappe (cf. ma photo lorsque la dermatite s’est déclenchée), notamment autour des yeux et de la bouche. La peau est comme gonflée, rouge, bref, enflammée.

Généralement, la dermatite se manifeste chez les femmes avec une peau à la tendance sèche. Nous hydratons mais généralement nous sur-hydratons. Au bout d’une certaine période de temps – différente selon chacune – l’équilibre de la flore microbienne de la peau. Ce déséquilibre provoque l’inflammation de la peau.

Comment soigner la dermatite périorale ?

Lorsque le diagnostic est posé, l’ordonnance de soins peut différer. Certaines d’entres vous m’ont parlé de prescription de médicaments, crèmes ou alors des suggestions de cure trouver sur internet.

Ce que mon dermatologue m’a conseillé et prescrit :

  • diète cosmétique : arrêt de tous les cosmétiques et produits hydratants (sérum, crèmes pour la peau, etc.).
  • prescription d’un médicament (je n’ai plus le nom) : Il n’existe pas de médicaments pour soigner la dermatite. Comme palliatif, le médecin m’a informé qu’il s’agissait d’un médicament prescrit généralement dans le cadre de l’acné (pas le roaccutane).

Avant d’avoir le bon diagnostic, des médecins m’ont prescrit de la cortisone à appliquer sur le visage. Mon dermatologue est intraitable : LA CORTISONE N’EST PAS À APPLIQUER SUR LE VISAGE. Je l’ai fait. Cela a aidé temporairement mais ce n’est pas une solution sur le long terme. De plus, la cortisone n’est pas une molécule adaptée pour être appliquée sur la zone sensible que représente la peau du visage.

Vivant en région parisienne et ayant du mal à imaginer ne pas nettoyer ma peau, voici ce que j’ai eu le droit de faire pendant environ trois mois :

Le matin :

  • hydratation avec de l’eau thermale et tapoter légèrement avec un mouchoir.

Le soir :

  • nettoyer ma peau avec du lait démaquillant,
  • rincer avec de l’eau thermale et tamponner légèrement avec un mouchoir.

Comment soigner la dermatite périorale : l’évolution de ma dermatite

Soigner la dermatite périorale suppose donc de nouvelles habitudes de soins. Après les trois mois de diète cosmétique, ma peau avait quasi presque de boutons et était beaucoup moins enflée et rouge. Il y a même une période où elle a pelé comme si j’avais eu un coup de soleil (tout à fait normal comme me l’expliquait mon dermatologue). Depuis, j’ai complètement réévaluer mes routines de soins, je décrypte davantage les étiquettes et les ingrédients qui font réagir la peau et crée un risque de récidive.

Ce qu’il faut éviter :

  • le layering : diminuer les produits cosmétiques dans nos routines de soins est un essentiel.
  • les crèmes trop riches : la peau doit aussi apprendre à auto-réguler son hydration.
  • les gommages et les masques : trop décaper la peau l’agresse et la déséquilibre.
  • les produits à base d’huile végétale : qui ont tendance à obstruer la peau.

Depuis, j’ai donc allégé le nombre de produits que je consomme. Étant toujours passionnée de beauté et souhaitant partager de jolies découvertes sur le blog, je continue de tester quelques produits de soin. Cependant, ma manière de tester est différente : j’ai l’oeil averti et ai développé une sorte de sixième sens où lorsque j’applique un nouveau produit, je peux deviner s’il possède un risque pour ma peau. Généralement, quand j’ai ce ressenti – qui est généralement immédiat, je passe mon tour. Soigner la dermatite périorale est possible et elle vient avec une nouvelle hygiène de vie. Je n’ai pas eu d’autres épisodes de crise depuis celui en été 2016. J’ai eu quelques petites récidives très localisées mais dès que cela s’est manifestée, j’ai tout de suite su comment faire, quel produit arrêté, etc. Ce qui m’a aidé est aussi ma consultation au Dermacenter à Paris – qui avec l’analyse de la peau par couche m’a permis de voir l’inflammation sous-jacente.

Depuis juin 2018, je n’ai pas eu à nouveau d’inflammation de la peau. Ma peau ne présente aucune cicatrice et j’ai réussi à conserver « une belle peau » (je vous partage quelques photos 100% naturel dans l’article) comme me le dise souvent les professionnels. Je ne me fais plus « avoir » par le marketing ou publicités, quand je suis à des événements beauté, je le mentionne directement et personne du milieu de la cosmétique ne connait ce trouble dermatologique. J’en parle, je mentionne certains ingrédients qui ne sont pas favorables aux peaux – mais il faut aussi savoir que le secteur cosmétique est un business : les marques font leur marketing pour vendre des produits – qui fondamentalement, ne sont pas toujours utile pour la peau. Alors, le conseil que je peux vous transmettre est de vous faire confiance. Personnellement, j’écoute mon instinct, j’essaie d’être au maximum connectée à mes ressentis et sensations pour prendre un maximum soin de ma peau et respecter son équilibre.

Autres articles sur la dermatite périorale :

Prochains articles à venir sur la dermatite périorale :

  • Annuaire des marques et soins de cosmétiques testées et approuvées (si pas de reformulation depuis le test).

soigner dermatite périoralesoigner dermatite périoralesoigner dermatite périoralesoigner dermatite périorale

Suivre:

13 Commentaires

  1. Wendy
    21 janvier 2020 / 11:38

    Merci pour ces conseils.
    Je voudrais savoir quels sont les soins à applique au soleil, chaleur ? Niveau alimentaire, il y a aussi une diete à faire ?
    J’ai été diagnostiqué : « dermite perioral » Depuis décembre.

    • sarah
      Auteur
      6 février 2020 / 12:00

      Bonjour Wendy,
      Alors pour les soins solaires, j’utilise La Roche-Posay – Brume Solaire Visage SPF 50+ Anthelios.
      En terme d’alimentation, non, la dermatite est une réaction inflammatoire suite à un déséquilibre de la microbiote de la peau. Néanmoins, une alimentation équilibrée est la meilleure option dans une hygiène de vie globale.

  2. Emilie
    12 février 2020 / 10:32

    Bonjour et merci pour ces conseils.
    Je pense avoir une dermatite periorale, j’ai consulté mais le dermatologue m’a parlé de rosacée en me prescrivant une crème qui a arrêté les tiraillements au début, puis aggravé ensuite symptômes (Rozex).
    Je vais suivre vos conseils en espérant retrouver un peu de confort et ma peau d’avant.
    Les poussées se manifestent pour moi surtout en période hivernale et disparaissent quasiment tout l’été. Était-ce pareil pour vous ?

    • sarah
      Auteur
      24 février 2020 / 5:35

      Bonjour Emilie,
      La dermatite périorale ne se manifeste que quand la microbiote de la peau est déséquilibrée (trop de crèmes qui vont venir étouffer la peau et créer l’inflammation). Cela semble logique que en hiver, vous y soyez plus sujette car vous mettez peut être des crèmes plus riches, plus souvent sur votre peau.
      Personnellement, j’hydrate avec des formules pas trop grasses à moins que je sente ma peau vraiment en manque de « gras » et non « d’eau ». C’est très différent.
      J’espère que mes conseils vous aideront – et éviter de mettre de la cortisone sur le visage (ce n’est pas une molécule prévue pour).
      Sarah

  3. Marilyn Guelton
    1 avril 2020 / 12:58

    Bonjour
    Je pense que c’est ce dont souffre ma fille depuis le mois de novembre.
    Nous avons consulté notre dermatologue en février qui m’a dit que c’était du a la salive.
    Au début elle en avait juste sur le côté au niveau de la bouche maintenant ca remonte jusque de chaque côté des narines.
    Le dermatologue m’a prescrit une crème dermalibourg à base de zinc et cuivre à mettre matin et soir pendant 2 mois. Au début aucun effet, ça a commencé à faire effet il y a 10 jours quand j’ai essayé de lui mettre en couche épaisse au soir lors du coucher.
    Seulement j’ai oublié pendant 2 jours et c’est revenu tout rouge.
    Ca la gratte.
    Je n’arrive pas à joindre mon dermatologue.
    Je ne sais plus quoi faire et surtout est ce que cest vraiment ça.

    • sarah
      Auteur
      1 avril 2020 / 2:14

      Bonjour Marilyn,
      Je pense qu’en effet, il s’agit d’une dermatite. Je ne suis pas dermato mais l’histoire de la salive, c’est un peu facile. On peut avoir des irritations à force de trop lécher ses lèvres mais la salive fait partie de notre organisme donc on ne peut pas y faire de réactions ! J’ai enregistré une vidéo qui sortira dans les jours à venir avec toute mon expérience avec cette maladie mais vous pouvez d’ores et déjà une detox cosmétique et arrêter la crème. Il faut que la peau s’assèche et cicatrice naturellement.

      • Marilyn Guelton
        1 avril 2020 / 2:33

        D’accord merci
        Dommage qu’on ne puisse pas joindre une photo à notre message pour vous donner un aperçu.
        Le plus dur pour elle cest le grattage.
        Pour le lavage du visage il nous a conseillé d’utiliser une eau nettoyante car on faisait juste a l’eau. On a prit l’eau nettoyante de chez Avène.
        L’hiver dernier c’était l’eczéma sur le corps, cet hivers elle n’en a pas mais cest autre chose
        La vidéo sera visible où svp ?

        • sarah
          Auteur
          3 avril 2020 / 3:38

          Je vais vous faire un email sur votre adresse afin que vous puissiez m’envoyer une photo.
          Lorsque vous parlez d’eau nettoyante, vous voulez dire eau micellaire ? Si c’est le cas, il faut la rincer avec de l’eau thermale.
          La vidéo sera visible sur Youtube (vous avez l’icône à gauche qui vous y amène directement).

  4. Ève
    14 avril 2020 / 9:39

    Je vous écris pour à mon tour vous partager ma très récente première expérience avec la dermite périorale. J’ai 36 ans et n’ai jamais utilisé de crème cortisone ni de médicament de ce genre d’ailleurs. Il y a un peu plus de deux semaines , j’ai vu apparaître des amas de petits boutons rouges, secs avec parfois un léger exudat jaunâtre, au niveau du menton et du côté droit de la zone autour de mon nez. Parfois accompagnés de beaucoup de démengeaisons.

    Autant vous dire que l’inesthétisme et l’inconfort étaient franchement désagréables à vivre.
    Au début, cela a simplement débuté par une sécheresse inhabituelle et un peu plus accrue. J’ai alors investi dans une crème hydratante de qualité, naturelle, faite par la marque de produits bio et naturels que j’utilise déjà depuis quelques années.
    J’en ai d’ailleurs une confiance aveugle [comme quoi, la qualité des produits ne suffit pas, il faut aussi et surtout bien savoir les utiliser selon son type de peau].
    J’ai donc commencé à « hydrater » un peu plus ces fameuses nouvelles zones de sécheresses.

    Grosse erreur! Maintenant je le sais ! Mais le mois dernier, je n’en avais aucune idée.
    Voyant le résultat empirer, j’ai commencé à éplucher les blogs de problèmes de peau et ai trouvé plusieurs « diagnostics » similaires à mon problème.

    Cependant, n’étant pas dermatologue, j’ai préféré consulter, afin d’avoir un réel diagnostic puis ensuite choisir ma piste de guérison (naturelle vs médicamenteuse ?)
    J’ai rapidement pu obtenir une consultation « en ligne », j’ai simplement envoyé un message décrivant mon problème avec photo à l’appui. Deux jours plus tard, un dermatologue qui avait étudié ma demande m’est revenu avec diagnostic + proposition de plan de soin + prescription. Tout de suite, son avis était sans appel : je présentais un tableau typique de dermatite périorale.

    Il m’a alors proposé ceci : me laver le visage une fois par jour avec un savon doux (« Dove », « Cetaphil »), l’application locale d’une crème antibiotique matin et soir pendant 6 mois et enfin, un traitement antibiotique classique, par comprimé pour une durée de 3 mois.

    Étant franchement désespérée, j’ai accepté sa prescription en me disant que je pourrais toujours l’utiliser en dernier recours.
    Maintenant que j’avais le diagnostic d’un médecin, j’ai décidé de me renseigner sur les possibles méthodes naturelles. De retour sur des blogs, j’ai trouvé beaucoup de témoignages intéréssants et des suggestions de produits tels que l’huile de chanvre, liniment eau de chaux+sézame et hydrolat camomille. Cependant, à cause de la situation du Covid 19, bon nombre des magasins de produits naturels étaient fermés, j’ai donc du patienter une bonne semaine avant de recevoir mon premier produit : l’huile de chanvre.

    À l’heure où j’écris ces lignes, j’attends encore l’eau de chaux et l’hydrolat de camomille.
    C’est pourquoi il ne me restais qu’une seule et unique chose que je pouvais appliquer dès maintenant et qui ne me coutait rien du tout : la fameuse DIÈTE !!!

    Et non, je n’apporte rien de nouveau ici, en effet, je pense avoir lu les mêmes articles que vous, et en effet, la diète me semble la base.
    J’ai complètement cessé de me maquiller le visage (sachant qu’en tant normal je ne porte que du mascara et de la poudre minérale/naturelle sur le visage), cependant, les jours ou je travaillais, j’osais un peu de mascare. Mais c’est vraiment tout.
    Le soir, je me démaquillais les yeux comme à mon habitude avec mon huile végétale et pour le reste du visage, j’ai utilisé la seule eau florale qu’il me restait sous la main à ce moment là : thé du labrador. L’effet fraicheur me faisait du bien et calmait un peu les démengeaisons.
    Au bout d’une semaine, je constatais déjà un petit mieux. Aujourd’hui ça fait un peu plus de deux semaines : boutons et plaques de sécheresse ont disparu. Ma peau me semble de nouveau normale, cependant je sens que sa fragilité est encore palpable. Alors je continue religieusement la même routine, sauf qu’entre temps j’ai recu l’huile de chanvre. J’en applique seulement en petite quantité lorsque je ressens un petit tiraillement ou qu’un effet « peau sèche » semble apparaitre.
    Mais je reste très prudente. Je ne me maquille toujours pas la peau. Je la laisse souffler et se réguler d’elle même. Je compte garder ce cap pour plusieurs mois encore, même si la dermite semble avoir disparu. Je crains une rechute. Je n’ai pas encore pu produire mon liniment car pas encore recu les produits, mais la encore, je serai prudente et vais débuter tout doucement.

    Enfin, dernier détail que j’ai CHANGÉ et qui me semble très IMPORTANT , du moins, personnellement : ma NOURRITURE et mon HYDRATATION.
    J’ai largement diminué : gluten, produits laitiers, café. Je dis bien diminué et non banni. Je ne suis ni intolérante, ni allergique ni rien.
    Simplement, bien avant mon épisode de dermite, j’ai remarqué que ma peau était sensible à ma diète alimentaire. Moins je consomme sucres raffinés, produits laitiers, gluten, et mieux elle se porte ! Moins de petits boutons, aspect moins « granuleux » etc.
    Il est vrai que la période précedent l’apparition de ma dermite, j’avoue avoir eu un peu de laisser aller de ce côté…
    J’ai donc été très vigilente à ce niveau et je me suis forcée à m’hydrater correctement c’est à dire au moins 2L d’eau par jour. (De base je ne bois hélàs pas assez…moins d’1L par jour…).
    Bref, malgré l’angoisse de voir mon visage « enlaidi », j’ai aussi essayé de lacher prise et d’accepter le fait que j’allais probablement rester ainsi plusieurs mois (selon les témoignanges de blogs que j’ai lu). Je me suis dis qu’il fallait que je patiente et que je poursuive mes efforts de rigueur. Que je n’avais finalement pas d’autres pouvoirs à mon niveau et que ca ne servait à rien de me torturer l’esprit.
    Cependant, je comprends tout à fait la détresse psychologique que tout ceci peut amener. Je travaille moi-même au sein d’une grande entreprise ou la proximité entre collègues est non-stop toute la journée. Le regard des autres fait donc partie de mon quotidien ! C’est pourquoi je sais de quoi je parle quand j’évoque l’inconfort esthétique et donc psychologique que cela apporte!

    Je voulais quand même apporter mon témoignage car ceux des autres m’ont personnellement beaucoup aidé. Si je n’avais pas lu tout ce que j’ai lu, j’aurais probablement pris les médicaments prescrits par mon dermato et n’aurais peut-être pas appliqué la diète de peau. Et dans ce cas, j’gnore quels en auraient été les résultats.

    Je ne tiens aucunement à dire que les médicaments sont la mauvaise ou fausse solution, mais simplement que j’en ai choisi une différente qui pour l’instant me convient. Recevoir le diagnotic d’un professionnel de santé a en tout cas été pour moi nécessaire et le point de départ essentiel à mon plan de guérison.
    J’ignore quelle est la suite de ma dermite et si je vais avoir un effet rebond ou une rechute. Je verrai à ce moment la quelle solution je déciderai d’appliquer.
    En attendant je reste vigilante et je m’hydrate !

  5. Orianne
    6 mai 2020 / 12:23

    Bonjour Eve,

    Merci pour ces explications ! J’ai 22 ans, et depuis des années (5 ans environ) je subis ces crises de peau. Pendant plusieurs mois, ça se calme et ma peau va bien. Puis d’un coup c’est la rechute et je me retrouve avec des plaques de boutons rouges sur le contour des yeux. Je n’ai jamais compris ce que j’avais. Pour tout vous dire, je n’ai jamais consulté de dermato car je voulais que ça se soigne tout seul. Pensant que c’était le maquillage, j’ai cessé d’en mettre pendant tout un été, en appliquant toutefois de la crème de Tea Tree sur mes plaques. C’est ce qui m’a permis de repartir à zéro pendant quelques temps. Aujourd’hui, je suis redevenue dépendante à la cortisone et dès que j’arrête, ça ressort de plus belle…. Comme maintenant.

    Je suis passionnée de beauté, de maquillage.. Mais même si mes produits sont tous naturels, je vais laisser ma peau respirer. Je viens de comprendre que la cortisone rendait cette pathologie pérenne et finalement incurable. Plus qu’à tout arrêter et voir comme ça se profile.

    Ces problèmes de peau, quand ils surviennent, sont une réelle angoisse… J’ai l’impression que je ne m’en sortirai jamais.

    Ca me soulage de me dire que ces boutons rouges (qui sont exactement pareils que les tiens et au même endroit) sont une « vraie » maladie de peau.

    Merci encore à toi,

    • sarah
      Auteur
      6 mai 2020 / 12:41

      Bonjour Orianne,

      Je t’invite à aller visionner ma vidéo sur le sujet pour en apprendre davantage :

      Bon courage pour le traitement et la détox !
      Sarah

    • Eve
      13 mai 2020 / 7:58

      Coucou Oriane,

      Bien heureuse que mon commentaire ait pu t’aider un peu. Pour ma part, cela fait aujourd’hui quasiment 2 mois que j’ai eu ma première apparition de DPO. Je suis toujours en « diète » stricte depuis ce moment. Plus de maquillage et surtout, plus de soins hydratants. Mes seules application : hydrolats (camomille ou thé du Labrador) et de temps en temps de l’huile de chanvre sur des zones qui me semblent un peu plus assechées.

      Mais voici ce qu’il s’est passé il y a environ 10 jours : avec tout ce stress quotidien du Covid (je travaille dans la santé…), j’ai commencé à me faire un ou deux cafés, avec une mini quantité de lait par jour (que l’on nous offrait gracieusement sur notre lieu de travail) pendant à peu près 1 semaine. J’ai peut-être aussi , à ce même moment, eu un petit relachement niveau « sucre » genre petits gâteaux etc…

      Et la : boom ! De nouveau, et au même endroit que l’autre fois (menton), début d’apparition de boutons type DPO avec légère sensation de tiraillement et démengeaison. Autant te dire que j’étais dépitée !! Surtout qu’à ce moment, je n’avais pas encore fait le lien avec ma semaine café/sucre. Je ne comprenais pas, moi qui pourtant respectais scrupuleusement la diète cosmétique. J’ai alors cru que c’était le fameux effet « rebon ». Mais ca me semblait illogique puisqu’à aucun moment je n’ai consommé de cortisone!

      Lorsque j’ai compris que toute cette acidité du café combiné au sucre raffiné que j’avais consommé, plus, un peu de gluten par ci par la car mon conjoint avait fait plein de test de petits pains différents , et bien la, j’ai pu reprendre le contrôle. Terminé les cafés quotidiens, terminé le grignotage et surtout : contrôle strict du gluten, plus de laisser-aller! Du moins, le temps que ma zone de DPO se « dés-inflamme » (est-ce que ca se dit ça??!!)

      Bref, finalement, ma mini-DPO a diminué en 2-3 jours pour totalement disparaitre ensuite. Ouff ! Cette fois, elle n’a pas eu le temps de s’étendre autant que la première fois !! Mais bon sang !!! Vigilance est mon mot d’ordre !! C’est fou à quel point l’alimentation peut être la clef de bon nombre de pb de peau !! Du moins, ceci n’est que mon propre avis d’observation quant à mes propres constatations de problèmes dermatologiques.

      Courage Orianne, je sais définitivement qu’il s’agit d’une vraie angoisse ! Le temps me paraissait si long à moi aussi ! Je pense qu’il est difficile de trouver la/les cause(s) de tous ces problémes de peau qui sont si complexes et qui ont parfois plusieurs origines. Je pense qu’il faut re-doubler d’observation sur notre corps versus nos habitudes de vie.
      Je ne suis pas médecin et encore moins dermato, mais suite aux si nombreux commentaires et articles que j’ai pu lire sur la DPO, je n’utiliserai jamais de cortisone. J’espère que ton arrêt de ce médicament se poursuit bien. La meilleure arme me semble la patience, entre autre. Peut-être même qu’il faudrait revoir l’utilisation de ta crème au tea-tree…

      Tiens bon !!
      N’hésite pas à donner des nouvelles de l’évolution !!

      Éve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :