Devenir trentenaire & look Flamenco

Devenir trentenaire, un passage qui en inquiète plus d’un(e). Jusqu’à l’an dernier, l’arrivée du “grand terrible 30” me travaillait et c’était déjà le sujet de mon article anniversaire de 2016!

Devenir trentenaire: pourquoi écrire à ce sujet?

Écrire sur son anniversaire peut paraître un peu égocentrique (cela l’est sans doute un peu). Néanmoins, j’aime lire les mots que j’ai laissé d’année et année et voir le chemin sur lequel j’avance. Ce moment est toujours un temps de bilan et de réflexion. C’est aussi un moyen de lutter contre le culte de la jeunesse de notre société. Nous pouvons nous épanouir, toujours un peu plus, avec les années qui passent.

De plus, cela me plaît d’avoir un trace de ce passage de dizaine et quel autre lieu plus approprié que le blog pour le partager?

Devenir trentenaire: quelques leçons de vie

Si je devais réfléchir à ce que la vie m’a appris, je vous dirai qu’il est important pour moi de:

  1. Suivre sa propre voie: quitte à être en désaccord avec son entourage. Nous et nous seuls pouvons faire les choix concernant notre vie.
  2. Sortir de sa zone de confort: cette leçon rejoint la première car il faut oser sortir des sentiers battus et connus pour se découvrir et s’épanouir. J’aime penser que j’ai besoin de défis pour continuer à stimuler mon esprit et ma créativité. C’est pour cela que je m’essaie à de nouvelles expériences. Quelle fierté et jubilation me traversent lorsque je vois le résultat de certains projets que j’ai entrepris! Le plus récent est les shootings lingerie et mon envie de percer dans le mannequinat!
  3. Être tolérant avec soi-même: j’ai toujours et je serai toujours une perfectionniste dans l’âme. Cela me permet de me dépasser et de grandir. Néanmoins, je fais de plus en plus avec mon imperfection et que parfois, je ne peux pas tout faire, que parfois, j’ai besoin de m’arrêter. Aujourd’hui, j’essaie de m’écouter davantage par rapport à mon rythme de vie et mes limites.
  4. Être indépendante: par indépendante, nous avons souvent la dimension financière qui vient en tête mais selon moi, cette dernière englobe l’indépendance psychique. Je n’ai pas besoin d’un(e) autre pour vivre. Je ne m’ennuie absolument pas avec moi-même et je n’ai pas besoin d’utiliser une personne ou de vampiriser un(e) autre pour combler un vide intérieur. Je suis suffisamment sécurisée pour vivre par et pour moi-même.
  5. Choisir ses amis: Je n’ai jamais eu besoin d’avoir un “harem” d’amis (cf. n°4). J’ai toujours préféré la qualité à la quantité. Et, je me rends compte qu’au cours de ces dernières années, par toutes mes activités, j’ai été amenée à rencontrer des personnes que je n’aurais jamais pu rencontrer autrement. Parfois, j’ai eu des connexions quasi instantanées avec ces personnes et ces instants sont presque magiques lorsque nous sommes dans une vraie rencontre. Aujourd’hui, je me sens entourée de personnes magnifiques, qui ont su être présentes lorsque j’en avais besoin et qui n’ont jamais été dans le jugement, elles m’acceptent comme je suis…Et le plus beau cadeau que ces amis ont pu me faire est qu’ils ont su toucher mon âme et m’ont aidé à la révéler complètement. Parfois avec un coup de pied au derrière ou en me tirant les vers du nez (j’ai pu être une personne assez secrète par le passé) mais c’est parce qu’avec de vrais amis, nous grandissons ensembles et nous souhaitons voir l’autre heureux dans sa plus grande vérité.
  6. Accepter les ruptures amicales: J’ai beaucoup déménagé et j’ai constaté que l’adage “loin des yeux, loin du cœur” pouvait se vérifier. Plus récemment, je fais le constat que certaines relations amicales peuvent s’effilocher car nous prenons des chemins différents. Depuis plusieurs années, j’ai beaucoup évolué et j’ai davantage été à mon écoute, et forcément, lorsque l’on change, notre entourage peut lui aussi muter. Cela fait partie de la vie et je ne pense pas qu’il faille en être peinée. Des gens rentrent dans nos vies et en ressortent, d’autres sont la pour toute cette grande et belle aventure.
  7. Être heureux pour les autres: Tant à travers mon métier que d’un point de vue personnel, j’ai constaté que je pouvais être traversée d’une profonde joie pour les autres lorsque de belles choses leur arrivent. Je ne suis pas dans la comparaison, la jalousie ou l’envie, je suis simplement dans ce beau partage.
  8. Oser dire quand ça ne va pas: Cela ne veut pas dire que nous allons raconter notre vie à une personne lambda. Néanmoins, j’ai appris que cela ne servait à rien de se voiler la face. Si cela ne va pas, nous avons le droit de le dire et si cela dérange, cela n’est pas notre problème. La vie n’est pas parfaite et nous avons des jours sans…Cela fait partie de l’équilibre de la vie. Nous n’apprécions pas le positif en occultant le négatif, l’un ne peut exister sans l’autre. Le bonheur est une recherche d’équilibre et non un état permanent.
  9. Garder son âme d’enfant: Ma leçon de vie préférée et que je chérirai jusqu’à la fin! J’aime m’émerveiller et garder une once de naïveté. J’aime me plonger dans mon imaginaire et certaines rêveries. La vie a besoin d’une touche d’innocence pour être savoureuse!
  10. Partir à l’aventure: Que cela soit au bout de la rue ou au bout du monde, il faut sauter dans le train. Accepter de s’arrêter et se dire “j’y vais!”. Il faut oser avec liberté, nous avons le droit d’avoir des coups de folie, c’est ce qui apporte une touche de fantaisie à notre histoire – et j’adore les histoires!
  11. Faire la paix avec son corps: J’ai appris à le regarder, l’écouter, le comprendre et surtout l’aimer et le chérir.
  12. Accepter ses origines: Mon voyage au Maroc, mon investissement dans une association juive m’ont permis de reconnecter avec une partie de mes origines (Pied Noir d’Algérie, juives) et j’ai fait des rencontres qui m’ont beaucoup touchées. Je ne connais pas toutes mes origines, cependant, je suis riche de celles dont j’ai connaissance.
  13. Eblouir par son sourire: Une chose que les gens remarquent tout le temps chez moi est mon sourire. Il est connu et reconnu. J’aime penser “souris au monde et le monde te sourira”.
  14. Contempler la beauté du monde: la photo m’a permis de prendre plus de temps pour contempler le monde. Je suis aussi intimement persuadée que nous pouvons accéder à la beauté du monde avec notre âme d’enfant (n°9). Cela passe aussi par les plus petites choses du quotidien. Savoir prendre une seconde, s’arrêter et regarder/écouter.
  15. Savoir dire merci: Et pas un merci de façade. Pouvoir être dans une gratitude qui vient du cœur et qui est finalement un merci d’amour. C’est tout simplement beau.

Devenir trentenaire: quels ressentis?

Cela a été un peu les montagnes russes au niveau émotionnel. Notamment parce que la société met une emphase sur ce chiffre qui devrait être le symbole de l’âge adulte, d’avoir “réussi” selon le schéma: je suis en couple, je suis propriétaire et je suis parent. Mais, je n’ai jamais été bonne à rentrer dans le moule. Le seul modèle qui me convient est le mien. Ma réalisation et mon parcours ne peuvent se comparer à quiconque puisque nous sommes tous uniques. Nos références, aspirations et inspirations le sont aussi. Je veux vivre ma vie et aucune autre. J’aime penser que tout le travail personnel que je fais me permet de faire la lumière sur mes zones d’ombre et que je désire m’accepter dans les moindres détails. Comme je le dis de plus en plus, nous sommes parfaits dans notre imperfection! Je me sens parfaite avec mes imperfections et défauts et ces derniers ne m’empêcheront pas de fleurir comme la plus belle des fleurs de mon jardin.

Aujourd’hui, je suis totalement en phase avec la personne, que dis-je!, la femme que je suis. Je vis avec douceur, joie et excitation ce passage de la trentaine! Je fais confiance à l’avenir mais j’ai aussi confiance en mes capacités, mes intuitions…J’ai tout simplement confiance en moi.

Un look flamenco

Si vous arrivez à ce paragraphe, un grand merci de m’avoir lu jusqu’ici! Pour illustrer cet article, j’étais inspirée pour retourner devant le célèbre mur lilas de Beaugrenelle que j’avais déjà partagé sur le blog (ici).

Aujourd’hui, j’ai voulu m’amuser! Alors, j’ai enfilé mon tutu gris, des bottines à l’inspiration année 20 et des paillettes! Il fallait bien ça pour fêter dignement mes 30 ans…La cerise sur le gâteau? Le magnifique hibiscus que j’ai trouvé dans les petits jardins à côté (je l’avoue…je l’ai cueilli).

JODHPUR – Trench / GRAIN DE MALINE – Veste & Top / ASOS – Jupe / WOLFORD – Bas auto-fixant / ANDRE – Bottines / MICHAEL KORS – Sac à Main / I AM – Bijoux

tutu grande tailletutu grande tailletutu grande taille tutu grande tailletutu grande taille tutu grande tailletutu grande taille tutu grande taille tutu grande taille tutu grande tailletutu grande taille tutu grande tailletutu grande taille tutu grande tailletutu grande taille tutu grande taille tutu grande taille tutu grande tailletutu grande taille

Suivre:

3 Commentaires

  1. 8 novembre 2017 / 4:11

    une très belle ôde à la trentaine
    Je suis heureuse que tu t’épanouisses dans la vie, il y a encore plein de bonnes choses qui vont venir t’enrichir encore plus dans le futur.
    ton look est sublime je balance entre le flamenco et le french cancan, ce sont les bottines qui me font penser aux danseuses du moulin rouge… allez quelques pas de danse afin de rentrer de bons pieds dans cette nouvelle dizaine
    bisous

  2. 8 novembre 2017 / 6:09

    Magnifique texte, une belle prise de conscience et une très belle personne dans tous le sens du terme. De superbes photos mais pour ça tu es une pro. Gros bisous

    • sarah
      8 novembre 2017 / 11:21

      Merci ma douce Jackie! Cela me touche beaucoup <3
      De gros bisous également!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *